Page:Bouasse - Optique géométrique élémentaire, Focométrie, Optométrie, 1917.djvu/139

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Quand la lentille (à faces sphériques ; peu importe la forme du pourtour) est convergente, le déplacement des images est en sens inverse du déplacement de la lentille. C’est le cas de la figure 115.

Pour passer de I à II, on a mû la lentille vers le bas et vers la gauche ; les images se sont déplacées vers le haut et vers la droite.

C’est l’inverse pour une lentille divergente.

L’appareil permet quelquefois de marquer automatiquement le centre : on imaginera aisément un mécanisme approprié.

C’est après avoir fixé la position du centre et par rapport à lui, qu’on donne aux lentilles la forme ovale choisie (machine à conformer les verres ; voir mon Cours sur la Construction…)

. — Décentrage accidentel ou systématique.

Une lentille est un assemblage de prismes dont les angles varient d’une manière continue (§ 58).

À la distance h de l’axe, l’angle Α du prisme équivalent est :

.

La déviation angulaire est :

.

La déviation de décentrage exprimée en radians (autrement dit, l’effet prismatique de la lentille décentrée) est égale au quotient du décentrage par la distance focale.

Rappelons qu’en radian un degré vaut 0,01745.

Par exemple, un décentrage de 0,5 cm. pour un verre de 5 dioptries (20 centimètres de distance focale principale) donne une déviation de 0,025, soit environ un degré et demi.

Voici la même remarque sous une autre forme, On a :

en radians :            ;

en degrés :            ;

soit, pour  ;         .

Le produit du décentrage (en centimètres) par le numéro dioptrique donne donc à peu près l’angle du prisme équivalent (en degrés).

Dans le cas choisi ci-dessus :

 ; .

. — Dédoublement des images.

D’une personne à l’autre, l’écartement des yeux varie. Pour éviter l’effet prismatique, il faut donc choisir des montures de besicles telles que les centres des logements des verres soient à la distance des pupilles quand elles visent un objet éloigné ; il faut de plus que les verres soient centrés dans leurs logements. C’est pourquoi les