Page:Bouchart - Les grandes croniques de Bretaigne composées en 1514.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Fueillet 8.
Liure.


filz aiſne Belinus : & tellement les preſſa quilz furent daccord, & entre eulx fut paix ferme & iuree dont tous les princes nobles hommes & autres gens de guerre furent tres ioieux. Si ſe retirerent ces deux ſeigneurs auec leur mere en la cite de Troye neufue, & la ſe refraichirent & contenterent de chacune part leurs gens darmes ſans les renuoier.

Peu de temps apres ceſte concorde les deux freres Belinus & Brennus voians la grant multitude de gens darmes quilz auoient aſſemblez qui ſe monttoit a cent ou ſix vings mil combatans prindrent enſemble leur deliberacion de paſſer la mer pour venir conquerir les Gaulles, car Brennus auoit eſte ia aduerty que ſon beau pere le roy de Sens eſtoit mort & que le royaulme luy eſtoit a cauſe de ſa femme aduenu par ſon treſpas, & que la ilz pourroient auoir leur retraicte. Et pour paſſer la mer ilz firent preparer nauires a grande multitude aux portz & haures prouchains des parties des Gaulles.

⸿ Des notables philoſophes qui furent enuiron ce temps.


En celuy temps regnoit roy en Perſe Artaxerſes, ſoubz lequel Eſdras vint en Hieruſalem & Neemyas fut ſoubz luy qui par ſon commandement ediffia la cite de Hieruſalem. Floriſſoient auſſi lors ſelon Euſebe moult de notables philoſophes & autres gens de renommee : ceſt aſſauoir. Anaxagoras, Socrates, Empedocles, Platon, Philoſophes lors regnantsSophocles, Democritus, Gorgias, Zeno, Parmenides & Euripides eſcripueur de tragedies, Protagora ſophiſtique, Epicurus, Diogenes, Pindarus & Leontinus qui fut maiſtre de Socrates, Herodotus de Caldee hiſtoriographe eſtoit ſemblablement lors viuant, & fut au temps d Artaxerſes roy de Perſe qui fut iiii cent vings ans par auant laduenement de noſtre ſaulueur Ieſus. Auſſi fleuriſſoit lors a Athenes Ypocras medecin ſouuerain : & dit auſſi, Gellinus que Ypocras deteſtoit ſouuerainement les voluptez & delectations inutiles : il eſtoit petit en corpulence : de tres belle forme, grant chef, graue & tardif eſtoit a ſe mouuoir : peu parloit, ne


mangeoit gueres. Il veſquiſt iiii vings xvi ans. Sainct Ieroſme es queſtions ſur Geneſe dit quil eſt eſcript es liures d Ypocras,Ypocras treſchaſte medecin. que quelque ieune dame fut ſuſpectionnee dadultere pour ce que elle auoit enfante vng tres beau filz qui de riens ne reſembloit a elle ne a ſon mary : ne auſſi a perſonne de leur parente : a celle cauſe la iuftice la voulut pugnir de crime dadultere : Ypocras de ce aduerti, admonneſta le iuge de ſauoir ſi en la chambre de ladicte dame enuiron ſon lit, ſe il ny auoit point aucune pourtraiture ou painture dymage ſemblable audit enfant : & fut trouue que ſi. Et par ce moyen fut la dame deliuree & abſoulſe par le iuge. Yſidore au iiiie liure de ſes etymologie, parlant de luy diſt Apollo premier medecin.Apollo fut premier inuenteur de lart de medecine en Grece : Eſculapius filz de Apollo augmenta la ſcience : mais il fut frape dung coup de fouldre dont il mourut : a ceſte cauſe lart & cure de medecine perit, & fut ceſt art depuis ignore ſans en uſer par cinq cens ans iuſques au temps de Artaxerces que par Ypocras fut la ſcience renouuellee. Ypocras fut excellent philoſophe & medecin. Lon trouue xxiii liures quil a compoſez.

⸿ Comment Bellinus & Brennus conquirent les Gaulles & des chauſſees que Brennus fit faire par les chemins qui encores ſont appellees les chauſſees de Brenault.


Or pour retourner a noſtre hiſtoire, ces deux roys icy Bellinus & Brennus auecques leurs gens de guerre paſſerent la mer & deſcendirent en Neuſtrie, qui a preſent eſt appellee Normandie, & de la en conquerant touſiours pays & prouinces, tirerent a la cite de Sens en laquelle Brennus fut receu comme roy. Tantoſt apres Bellinus & Brennus furent durement aſſaillis par les roys & princes d Armoricque, d Acquictaine, de Neuſtrie & des autres parties des Gaulles. Mais les Bretons & les Senoys ſe deffendirent ſi vertueuſement que le champ leur demoura finablement. Par traict de temps ilz ſoubmiſdrent toutes les Gaulles, tant les pays