Page:Boucherville - La tour de Trafalgar, L'Opinion publique, 30 juin 1870.djvu/4

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pour ne pas tomber dans la cave qui s’ouvrait béante sous mes pieds, et qui pouvait bien être le repaire de quelque reptile venimeux.

Le vent sifflait à travers les fentes de la couverture avec une horrible furie ; l’eau ruisselait, et ce ne fut pas sans une peine infinie que je parvins à boucher l’ouverture, par où elle se précipitait écumante dans la tour.

Épuisé de fatigue et de faim, je ne pus résister au sommeil qui s’emparait de mes sens malgré moi ; et je succombai plutôt à l’excès de mon abattement qu’au désir de dormir. Mon fusil chargé, et prêt à faire feu sur le premier qui viendrait abuser de ma situation, je me tapissai le long du mur, mon chien près de moi pour me servir de gardien.

Il y avait à peine quelques minutes que j’avais fermé l’œil, quand je sentis comme quelque chose de froid qui me passa sur le visage, comme une main qui se glissait sur mon corps. Je frémis, un frisson mortel me circula par tous les membres, mes cheveux se dressaient roides sur ma tête. J’étais comme asphyxié, je n’avais ni le courage de me lever, ni la force de saisir mon fusil…

Jamais je n’ai cru aux revenants, mais ce qui me passa par la tête en ce moment, je ne saurais le dire… Était-ce quelqu’esprit de l’autre monde, quelque génie de l’enfer qui serait venu pour m’effrayer ? Je ne le crois pas. Était-ce une main, une véritable main d’homme qui m’avait touché ? Ça se peut. Était-ce un reptile qui m’avait glissé sur le corps ? Ça se peut aussi. Était-ce un effet de mon imagination troublée et affaiblie ? Ça se peut encore. Toujours est-il certain, que jamais je n’éprouvai aussi pénible sensation de ma vie ! Si vous avez jamais éprouvé les atteintes frissonnantes de la peur, mettez-vous à ma place, et vous jugerez aisément de l’horreur de ma situation.

Le tonnerre rugissait épouvantablement ; les éclairs se succédaient sans interruption, et semblaient embraser la forêt et n'en faire qu’une vaste fournaise. Mes yeux éblouis des éclats de lumière, furent frappés soudain de la vue du sang qui avait jailli sur le mur. On en voyait quelques gouttes sur le panneau de la porte.