Page:Boucherville - Louise Chawinikisique, L'ami du peuple de l'ordre et des lois, 23 et 26 septembre 1835.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ce passage de mes tablettes, je cédai peut-être plus au désir de vous parler de mes jours de jeune homme, qu’à la prière d’un ami. J’étais bien aise aussi, par ce trait pris au hasard parmi les cent et un épisode qui composent la chronique des peuples du Canada, de donner une idée des mœurs de ses premiers habitans, que l’on avait peints si farouches, et d’un caractère si barbare.


Extraits de mes Tablettes.
LA PIERRE DE LOUISE.


Art : 1er.


Si tu crains les troubles du cœur, défie-toi des retraites sauvages : Les grandes passions sont solitaires, et les transporter au désert, ce n’est que les rendre à leur empire.


…… Par une de ces nuits de la canicule, dont la chaleur pèse également et sur les sens et sur l'âme ; je m’étais rendu sur le Côteau de Sable, pour respirer le grand air. C’était un peu avant l'aurore. Le zéphyr agitait les feuilles des arbres d’un léger frémissement, le voile de la nuit était encore étendu sur toute la nature ; mais