Page:Bouchor - Contes parisiens, 1880.djvu/271

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
250
JEAN DE PATMOS A L’ACADÉMIE.


— Asseyez-vous dessus ! — Et Babylone était
Toute nue, et jouait au soleil, et chantait.
Et s’enivrait du sang des martyrs. — Une grue
Du quartier des Martyrs, alors ! — Elle se rue
Au plaisir ; elle écume ; elle brave son Dieu ;
Et la connaissez-vous, Babylone ? — Fort peu.
Lance un des jeunes gens. Il est vraiment loufoque,
Ce corps-là I — Je m’en vais parler sans équivoque,
Poursuit Jean de Patmos, d’un ton rude. Apprenez…
— Apprends-nous donc comment tu te salis le nez.
Vieux farceur ? — Apprenez que la prostituée.
C’est Paris. Car les temps sont venus ; la nuée
Va bientôt éclater sur vous, et des grêlons
Énormes vont couper les pesants épis blonds.
La colère divine au ciel est toute prête ;
Malheur, quand sonnera la stridente trompette !
Un ange tout à coup jettera sur la mer
Une plaie effroyable, et tout le flot amer
Sera comme le sang d’un homme que l’on tue.
Et tous, tous pleureront leur superbe abattue.
L’eau des fleuves sera frappée aussi l Mais Dieu
N’aura point de pitié de vos gosiers en feu ;
Il n’exaucera point de tardives prières.
Et l’eau des réservoirs, des étangs, des rivières.
Sera toute changée en absinthe. — Bravo ! »
Rugit la salle entière. « En voilà, du nouveau !