Page:Bouillet - Atlas universel, 1865.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
TEMPS ANCIENS. 99


Av. J.-C.


d'Aristote, à Chalcis, après avoir enseigné à Athènes près de treize ans, de 335 à 323. — Théophraste lui succède dans son école des Péripatéticiens.

321. Première comédie du poëte Ménandre, la Colère.

Mort de Cratère et de Perdiccas, le premier, en Asie Mineure, en combattant Eumène, dévoué à la famille d'Alexandre, le second, en Egypte, où il est assassiné par ses soldats, au moment où il marchait contre Ptolémée. — Régence d'Antipater. — Nouveau partage de l'empire d'Alexandre à Trisparadisus. Séleucus obtient le gouvernement de la Babylonie.

Les Romains, enfermés aux Fourcbes-Caudines, passent sous le joug. — Perfide conduite du Sénat dans cette occasion. Il lève deux nouvelles armées qu'il confie à Publilius Philo et à Papirius Cursor. Les Romains, vainqueurs dans le Samnium et près de Lucérie, font passer à leur tour sous le joug les Samnites et leur général Pontius Hérennius.

320. Soumission de la Palestine, par Ptolémée, gouverneur d'Egypte. Il établit beaucoup de Juifs à Cyrène, et surtout à Alexandrie.

318. Mort d'Antipater, âgé de plus de quatre-vingts ans. Polysperchon est nommé régent, et Cassandre, fils d'Antipater, chef des gardes. Cassandre se brouille avec Polysperchon et se retire auprès d'Antigone. — Eumène s'échappe de Nora, où il était assiégé par Antigone, et traite avec Polyspercbon. — Polysperchon rend aux villes grecques leur liberté et rétablit à Athènes le gouvernement démocratique. — Alexandre, son fils, entre avec une armée dans l'Attique.

317. Pbocion et les autres chefs du parti aristocratique se réfugient dans le camp du fils de Polyspercbon ; ils sont livrés par lui aux Athéniens qui les condamnent à boire la ciguë. — Peu de temps après, Atbènes tombe au pouvoir de Cassandre qui rétablit dans cette ville le gouvernement aristocratique et en donne la direction à Démétrius de Pbalère.

Olympias fait périr Philippe Arrhidée et sa femme Eurydice. Alexandre Aigus est proclamé seul roi de Macédoine.

Agathocle, fils d'un potier, devient tyran de Syracuse.

316. Cassandre assiège Olympias, mère d'Alexandre, dans Pydna. — Eumène est livré par ses soldats à Antigone qui le fait périr.

Un décret du peuple, présenté par Sophocle, appuyé par Démocharès, neveu de Démosthène, ferme les écoles des philosophes : Théophraste, lé cbef du Lycée, Xénocrate, le chef de l'Académie, quittent la ville. Ce décret fut abrogé l'année suivante.

315. La Cappadoce redevient indépendante sous Ariaratbe II.

Cassandre prend et tue Olympias. Il relève la ville de Thèbes.

Prépondérance, dans la haute Asie, d'Antigone, qui se débarrasse de Pithon, gouverneur de Médie, et expulse de la Babylonie, Séleucus, qui se retire auprès de Ptolémée.

314. Antigone déclare la guerre à Cassandre. Polysperchon et son fils Alexandre font alliance avec lui contre Ptolémée, Séleucus, Cassandre et Lysimaque. Les deux partis proclament la liberté des villes grecques. — Expédition de Cassandre dans le Péloponnèse ; Alexandre y arrive après lui, mais Cassandre l'attire dans son parti, en lui promettant le gouvernement de cette contrée.

312. Bataille de Gaza. Démétrius, fils d'Antigone, y est défait par Ptolémée et Séleucus. Celui-ci rede-

Av. J.-C.


vient maître de la Babylonie, et reçoit le surnom de Nicator. — Commencement de l'ère des Séleucides. — Conquête du Penjàb et de la vallée" du Gange, par Chandragoupta, qui régnera, après son traité avec Séleucus, sur tout le bassin de l'Indus jusqu'aux Paropamisades.

Appius Claudius, qui se perpétue pendant cinq ans dans la charge de censeur, opère une réforme importante dans l'Etat. Il répand dans toutes les tribus les œrarii (prolétaires), les liberttni (fils d'affranchis) et fait entrer des fils d'affranchis dans -le Sénat. — Le même Appius a construit dans Rome l'aqueduc de son nom, et le premier tracé une voie militaire vers la Campanie, la voie Appienne. 311. Réconciliation entre les généraux d'Alexandre, à l'exception de Séleucus et de Polysperchon. — Cassandre conserve la direction des affaires de la Macédoine ; Lysimaque de la Thrace ; Ptolémée de l'Egypte ; Antigone de l'Asie. La Grèce est déclarée libre. — Cassandre fait mourir Alexandre Aigus et sa mère.

Les Toscans, les Eques, les Ombriens et différents peuples du Samnium se joignent aux Samnites propres pour combattre les Romains. — Fabius Rullianus remporte d'importants avantages d'abord sur les Etrusques seuls, ensuite sur les Etrusques et les Ombriens et traverse la forêt Ciminienne. — Combat de Pérouse. 310. Épicure, âgé de trente-deux ans, expose son système philosophique à Mitylène et à Lampsaque.

Bataille d'Himère ; Agathocle y est défait par Hamilcar, général des Carthaginois. — Siège de Syracuse. — Expédition d'Agathocle en Afrique.

Polysperchon fait venir de Pergame Hercule, fils naturel d'Alexandre et de Barsine ; et, après l'avoir proclamé roi de Macédoine, il marche contre Cassandre.

Papirius Cursor opposé aux Samnites, Fabius aux Étrusques. Papirius vainqueur pour la dernière fois à Longula. — Fabius fait éprouver aux Étrusques, près du lac Vadimon, une défaite dont ils ne se relèvent jamais. Une troisième ligue s'organise alors contre Rome. A la place des Toscans, qui posent momentanément les armes, les Ombriens, les Salentins, plusieurs autres peuples du Samnium se joignent aux Samnites propres. 309. Polysperchon et Cassandre s'entendent pour faire périr le jeune Hercule, fils naturel d'Alexandre, déclaré roi par Polysperchon.

Défaite d'Hamilcar, près de Syracuse. Il est fait prisonnier et mis à mort. 308. Victoire d'Agathocle sur les Carthaginois en Afrique. Il prend le titre de roi.

307. Démétrius Poliorcète, fils d'Antigone, dispute à Cassandre la domination de la Grèce. Il entre dans Athènes, où il renverse le gouvernement aristocratique, établi dix ans auparavant par Cassandre.

Agathocle revient en Sicile.

306. Épicure se fixe à Athènes, où il restera jusqu'à sa mort.

Victoire navale de Démétrius Poliorcète sur Ptolémée devant Cypre. — Antigone prend le titre de roi. Lysimaque, Séleucus, Ptolémée et Cassandre suivent son exemple.

Le fils d'un affranchi, Flavius, ancien greffier du censeur Appius Claudius, publie le calendrier qui renfermait les jours et les heures où on pouvait légalement plaider, et les formules de procédure qui jusqu'alors n'étaient connues que des patriciens.

305. Flavius est nommé édile curule par le peuple. Il consacre un temple à la réconciliation de toutes les classes de la société romaine.