Page:Bouillet - Chassang - Dictionnaire universel d'histoire-geo - 1878 - P2 - H-P.djvu/425

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


grès rouge et gris, tourbe, ete. Eaux minérales et thermales. Forêts à l'E. et à l'O. ; grains, fruits, légumes; pommes de terre, betteraves, lin, chanvre, navette, vin. Chevaux, bestiaux, moutons. Industrie active et variée : exploitation du sel (on en extrait env. 45 millions de kilogr. par an); métallurgie, cristallerie et verrerie (à Baccarat), glaces, soude; confiserie, broderies dites de Nancy, papiers et cartes à jouer, draps de toiles; acides minéraux, teintureries. hongroieries. — Ce dép. a 5 arr. (Nancy, Lunéville, Toul, Château-Salins, Sarrebourg), 29 cantons, 714 communes; il appartient à la 5e division militaire, aune cour impér. et un évêchéàNancy. MEUSE (la), Maas en hollandais, itosa en latin, fleuve qui prend sa source en France (Hte-Marne), au village de Meuse, à 17 kil. N. E. de Langres, arrose les dépts des Vosges, de la Meuse, des Ardennes; entre en Belgique un peu au-dessous de Givet, traverse les provinces de Namur'et de Liège, sépare le Limbourg belge du Limbourg hollandais, pénètre en Hollande, où il sépare le Brabantsept. desprov. de Gueldre et-de Hollande mérid., puis se divise en un grand nombre de bras, et se perd dans la mer du Nord par 6 embouch. après un cours de 900 k. environ. Les principales villes que baigne la Meuse sont St-Mihiel, Verdun, Stenay, Sedan, Mézières, Charleville, Givet, Dinant, Namur, Liège, Maëstricht, Ruremonde, Venloo, Gorcum, Dordrecht, Rotterdam. Ses principaux affluents sont, à droite, le Chiers, le Semoy, l'Ourthe, la Roër, le Wahal, le Leck et l'Yssel inférieur, qui la font communiquer avec le Rhin; à gauche, le Bar, laSambre, laMéhaigne, laDommel, etc. MEUSE (dép. de la), dép. situé entre ceux des Ardennes au N. O., de la Moselle au N. E., de la Meur-; the à l'E., des Vosges et de la Haute-Marne au S., de la Marne à l'O., et la Belgique au N.: 6103 kil. carr.; 305 540 hab.; ch.-l., Bar-le-Duc Il est formé d'une partie de l'anc Lorraine (Barrois, Verdunois, - Clermontois). Il est arrosé par la Meuse, la Marne et I l'Aisne. Beaucoup de fer, pierres de taille, marne, | terre à potier. Céréales, lin, chanvre, navette, graines | oléagineuses, vins (entre autres celui de Bar),.belles ï prairie* le long de la Meuse; belles forêts. Chevaux | petits; beaucoup de bétail, porcs, chèvres. Nombreu-| ses usines à fer, verreries, faïenceries, papeteries; s bonneterie, draps, tissus de laine, de coton, etc.; g huiles, dragées et confitures (on estime surtout celles î de groseilles de Bar). — Ce dép. a 4 arr. (Bar, Ver-1 dun, Commerey, Montmédy), 28 cantons. 588 com-ï munes; il appartient à la 5" division militaire, est | dans le ressoitde la cour impér. de Nancy, et forme f le diocèse de Verdun. | MELSE-INFERIEURE (dép. de la), anc dép. français, g formé sous la République et qui dura jusqu'en 1814, ï avait pour ch.-l. Maëstricht. Auj. il forme à peu près g le Limbourg belge. i MEUSE (dép. des BOUCHES-DE-LA-). V. BOUCHES. î MEUSEL (George), bibliographe, né en 1743 en | Fraaconie, mort en 1820, professa l'histoire aux uni- | versités de Halle, d'F.rfurt et d'Erlangen, puis fut ji nommé par le roi de Prusse conseiller aulique pour j| la principauté de Quedlimbourg. On a de lui : De = prxcipuis commerciorum in Germania epochis, Er- ?1 lang., 1780, in-4 ; Bibliolheca historica, Leipsick, 1 1782-1804 . 22 vol. in-8; l'Allemagne littéraire (en jj ail.), Lemgo, 1796 et années suiv., 18 vol. in-8'(con-

tinuée après lui par Lindner); Introduction à l'his-

I toire des États de l'Europe, Leips., 1775, in-8; Dic- s| tionnaire des artistes allemands vivants, Lemgo, -a 1770-89, 2 vol. in-8 , 1808-9 , avec un 3e vol. publié sâ en 1814; Bibliographie de ta Statistique, Leips., 's 1790, in-8; Dictionnaire des écrivains allemands - morts de 1750* à 1800, Leips., 1802 et années suiv. j MEVANIA, auj. Hevagna, v. de l'Italie anc,à 80 ijî k. N. de Rome, sur la voie Flaminienne.aux confins aj de l'Étrune et de l'Ombrie. Patrie de Properce. 2| JIEWAU, principauté de l'Inde. V. ODEYPOUR. '~B MEXICO, capit, du Mexique, sur l'emplacement de

l'anc. ville de Tenochtitlan, dans une vallée, entre les lacs de Tezcucoet de Xochimilco, par 101°25'long. O., 19'° 26' lat. N. ; 200 000 hab. Résidence du congrès et des premières autorités de la-république; archevêché métropolitain du Mexique: université, bibliothèque, école des mines, avec observatoire et musée de minéralogie; séminaire, collèges St Ildefonse et St-Grégoire; académie des beaux-arts; école de médecine; société pour le progrès des arts et de l'agriculture; jardin botanique; consulats de France et autres nations. Ville belle et régulière; rues larges, droites et en général très-longues; maisons bâties uniformément, la plupart à 3 étages, assez souvent peintes à fresque ou revêtues de tuiles vernissées ; superbe place dite Piazza-Mayor; rues de la Plate-ria, de Ste-Augustine , de Tabaca, d'Aquila ; cathédrale immense et remarquable pour la profusion des métaux précieux qu'elle renferme; très-belles églises, la plupart couvertes en porcelaine, nombreux couvents; palais du gouvernement (jadis palais du vice-roi) ; hôtel de la monnaie, manuf. des cigares de l'État, etc. Trois belles promenades (le Jardin botanique, le Paseo, l'Alameda). Commerce actif, surtout en orfèvrerie , bijouterie, sellerie , passementerie et ouvrages en bois et or poli. — Tenochtitlan fut fondée par les Aztèques en 1325; elle était bâtie sur trois îles qui sont auj. confondues avec la terre ferme, les eaux du lac de Tezcuco s'étant retirées : les chaussées qui la joignaient alors au continent servent auj. de digues aux eaux des lacs voisins. Cette ville avait près de 500 000 hab. lors de l'invasion des Espagnols. Cortez la prit sur Montézuma le 30 août 1521. Elle fut jusqu'en 1810 la résidence des vice-rois sous la domination espagnole. Il y éclata le 30 nov. 1828 une insurrection terrible qui fit beaucoup de victimes. Il s'y tint en 1835 un congrès qui adopta la république unitaire. La ville fut prise en 1847 par les Américains, et occupée parles Français en 1863.

MEXICO (État de), un des Etats de la Confédération mexicaine, borné par les Etats de Queretaro au N., de la Puebla à l'E., de Mechoacan au N. O., et le Grand-Océan Êquinoxial au S. et au S. O.: 520 kil. sur 210; 1 000 000 d'hab.; ch,-l. Toluca (c'était précédemment Tlalpan, dite aussi San-Agostino de las r.uevas). Sol varié : montagnes au centre (la Cordillère d'Anahuac), riches en mines d'argent; vallées fertiles et magnifiques, notamment celle de Mexico; lacs nombreux : Cnalco, Xochimilco, Tezcuco, San-Cristoval; vastes plaines stériles et couvertes de sel; côtes sablonneuses. Industrie presque nulle. — Dans l'Etat de Mexico est enclavé le district fédéral, qui a env. 25 k. de tour et qui a pour ch.-l. Mexico.

MEXIMIEUX, ch.-l. de cant. (Ain), à 45 kil. E. de Trévoux; 1900 h. Station. Petit séminaire. Vin.

MEXIQUE. Ce nom, qui désigna longtemps cette vaste contrée de l'Amérique du N. qui s'étendait depuis les territoires de l'Orégon au N. jusqu'à l'isthme de Panama au S., est auj. propre à un pays plus restreint, borné au N. par les États-Unis, à l'E. par le golfe de Mexique, au S. par le Yucatan et les républiques de l'Amérique centrale, à l'O. par l'Océan Pacifique, entre 88° 55'-126° 25' long. O., 15° 55»'-42' lat. N. ; env. 8 000 000 d'hab., dont plus de moitié indigènes, et deux tiers de l'autre moitié mulâtres ou métis; capitale, Mexico. Ce pays, qui, avant 1835, était divisé en 19 États, en forme auj. 24, plus un territoire et le district fédéral.

États. Capitales. Aguas Calientes-, ? Aguas Calientes. Campêche (détaché en

1861 de l'Yucatan), Campêche.

Chiapa, San-Christoval. Chihuahua, Chihuahua. Cinaloa, Culiacan. Cohma, Colima. Durango, Durango. Guanaxuato, Guanaxuaio. Guerrero, Tixtla.