Page:Boulay-Paty - À l’Académie française, 1827.djvu/6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




À

L’Académie Française.

ODE.

Tel un miroir brillant, où le soleil rayonne,
Réfléchissant la flamme et l’éclair tour-à-tour :
À l’imprudent qui s’en étonne
Darde tous les rayons de l’œil brûlant du jour.
Ainsi, foyer de la lumière,
De la littérature entière
Concentrant le vaste reflet,
Votre regard soudain s’allume,
Et son éclat brûlant consume
L’audacieux qui l’oubliait.