Page:Bouquet, Martin - Recueil des Historiens des Gaules et de la France, 7.djvu/57

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


î ;tW»rîu :> ••̃

portionem ejus augêtU itwiper si home maie ad tempus quod -cmvm*rK, mipere veitet, et jurant Legati fratmqv* r^gmm omne in très parte» divism, eumqrn tfuam hénm tns d :as ;.

vellet electunm. Jmat «£̃*» Lotharius «te m vette. Igitttr 1res fratres m ùmtlam Ansilîam prope Matisconem contxniunt, et prmdictum saeramenhan rénovant. 30. d. e.

Ludovicus pênes Coloniam Caroius in Hcristallio palatio Paschalem fesUvitatem célébrantes fratrem persequi désistant. Lothabt ~ : j~ ait :is~w~t. L~tha

riut licet invitas ùgatos ad fratres mittit de pacis fcedere. Electo ad hoc negotium Matisconù victnio in quamdam Insulam Ararù flummihad commune coUoquium coèunt, ubi sa^cramentum verm pacis fraternitatisque sibi invicem’jumnt, de regni totius œquis portionibus façiendis Ptacitum Kalendis Octobribus MetHs habendum indicant, Normanni in Quentawicum irruunt, et deprtedationibus captivftate ac nere utriusque seœûi hominum debar chantur. Mauri prope Arelatum per Rhodamim delali cunctis impuni devastatis, àneratis navibus regrediuntur. 61 b. c. Quentpuici cladrm in an. 844 rejicit Chronicon Ppntanellense. 41 b. 61. n.

Ijotharûis coilecto exercitu Matisconem pAlit ifiietn consecuti fratres, videntes ad faJciendam pacem pronum, t malunt cum eo faedut mire quàm diutiùs contentionibus deserrtre y r*a latnen conditiotte ut è singulis partim £.l > Primoribus electi in unum convenifmes regnum œqualiter describant t quà facilitjit intrr eos pari sorte dividatur. 160. b. .U. 23’2. a. Discurrentibus Legatis, ad collamium très fratres in insulam quamdam Sayontç ceniunt (bique Imperium inter se dividere platuunt. 54. c.

Lcul ~icus Saarcmiam Carolus Aquitaniam aketmt. Lotharius Arduennam venandi causa petit, Primores qui abipso, dum è regnu twiret necessitate coacti desciverant, homribus privât. Ludovicus seditiosos in Saœonia rom cil Caroius in Aquitania Pippinum fuga. et Warinum Tolosanum Ducem ad provïnciœ custodiam relinquit. Egfridus TolosanusÇomes quotdam è sociis Pippini capit, quosdanïcœdit. Caroius ad Placitum, quoi cum fratrie Ludovico apud Wormatiam condijoerat, iterlirigit cumque pridie Kat. Octobrts Mettas vènisset in Theodonis villa Lotharium reptrit. tum Theodonis villa vicinior esset ~trüis, u6i tMcwo rtgni tn~tt %acirreda, Caroius hoc de millil ad Lotharium qui consentit ut Miui àmfluentes conveniant ibique regnum dividani. Eà igitur convcniunt œiv Kal. Sovembris sedcùm nul tus Missorum totius Imperii notitiam haberet negant Missi Ludovic et Caroli sàcramenlo jurari posse quod ignoraretur. 31. b. e. d. Missi Dionis JSovembris statuant ut paw inter très Heges esset donec scire passent quid sui domini facere vetlént qua die sit terra motus magnus per omnem fermé Galliam. Eâdem die Angilberti Centul. Abb. corpus translahtm, tt integrum repertujm. Très Heges ut pax inter ipsos usque in x diem posl festum S. Johannis firmetur astentiunt ad quath lai «ugmetiteat de pfas »*ii jrauioii recevoir cette ~nt~jju~q~ .1Ia

lui jurfnt <|ue ses frères ntftuerotent a le* toyttoxut en trais partie» et qu’il cboia&ok celle au*U ro«droH. téoùxnen jure aussi qu*Uie vooloft bien, les troi» finares s’wsei&Ment dûs Yak d*Ansitte prés de Nboon, et renouvellent le susdit serment. 30. ~I.1 ?. "i, >

Louis Qâ&rant b fôte de Pâ<W à Cologne, et 1 : Charte au palais dflerstal, cessent de poursuivre leur frère. Lothadre, quoiquema]gré lui, envoie des Ambassadeurs a «es frères Wur traiter de paix. Aiant choisi pour cela le voisinage de Maçon, ils s’assemblent dans Une ïsle de la saone tni Os s’engagent par serment de vivre eAnaix et en union fraternel^, et indiquent une Diète à Mets pour le premier jour d’Octobre, où se fera le partage de tout le royaume en égales portions.’ Les Nojrmans se jettent sur Quentowic pillent, tuent, emmènent» captifs, hommes et femmes. Maures venant à Arles par le Rhône, font le dégât par-tout impunément, et s’en retournent après avoir «shargé leurs bateaux. 61 b. c. La Chronique de Fontèneue rejette l’échec de Quentowic en l’an 844. 4i b. 61. n.

Ix>thaire> aiant ramassé ses troupes, se rend à Maçon ses freres l’aiant suivi, et le voiant porté à la paix, aiment mieux traiter avec lui que de disputer plus long temps ; à condition cependant que 40 Seigneurs choisis de chaque côté s’as&embtant dans un même lieu feront un état juste du royaume, pour qu’on le puisse partager egalement. 160. b. 185. a. 232. d. Par l’entremise des Députes les trois freres ont une entrevue dans une Islede la Saone, et se résolvent à partager l’Empire entre eux. 54. c.

Louis va en Saxe, et Charle en Aquitaine. Lothaire va chasser dans la forêt d’Artlehne il brive de leurs charges les Seigneurs, qui l’avoient abandonné par nécessité lorsqu’il sortit de ses Etats. Dans & Saxe Louis punit les séditieux dans l’Aquitaine Charle met en fuite Pepin, et laisse Warin Duc de Toulouse pour ta garde de la province. EgfVtd Comte de Toulouse prend une partie des compagnons de Pepin, et défait te reste. Charte se met en chemin pour se rendre à la Diète qu’il avoit indiquée à Vormes avec son frere Louis et étant venu à Mets le dernier jour de Septembre il trouve que Lothaire étoit a Thionvifle. Cc^mme Thion ville étoit trop proche de Mets, où devoit se faire le partage du royaume, Charle en écrit à-Lotliaire, qui consent que les Commissaires sassemblent à Coblents pour y partager le royaume. Ils s’y rendent donc le 1 9 d’Octobre mais comme aucun des Commissaires ne connaissoit l’Empire, ceux de Louis et de Charte prétendent qu’un ne pouvoit assurer avec serment ce qu’on ignoroit. 31 c. d.

je cinq de Novembre les Commissaires ordonnent que jusqu’à ce qu’ils pussent savoir b volonté de leurs maîtres, il y auroit paix entre tes trois Rois ce jour là un grand tremblement de terre se fait sentir dans presque toute la Gaule. Ce même jour on transfère le corps d’Angilbert Abbé de S. Riquier et on le trouve entier. Les trois Rois consentent que l’on confirme la paix entre eux