Page:Bouquet - Recueil des Historiens des Gaules et de la France, 10.djvu/61

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page n’a pas pu être entièrement corrigé, à cause d’un problème décrit en page de discussion.


’7~ 1- 1. i 1 Il 1-~ lv| PhÊFATIO. f*>rnv "» Epùt, V cwn domino p pnwario, Hegt srticet espostit- w Inr injurias à ÎViWA> rju.uhm & f.cwulario sibi Utdtas |«- Idem Si Rpisr. 28 excusât Huçvnem in /’rprvw, cumqiw commrndnt Ri* ar /r/. /f r.rr~ la1 "o wvrnm «f/w, sitnplici- et Mfriw /«• ostrnttit. Cet crût,, l)| W/<f n,M«iy, r/miw cli pr.rcrdcnti F p,. s toi a yWJ ,A,/m«, <T prtKrimiort in ratsallutn stahi/i-Inltr utrûnHjur rrum /trpi, va ; ’«’«r« su/>rrmum exf ,/<> a>, V’ »«>i pn-rum via f>t<r< hic ,>r, ̃^ ’« nutmnùy fttis. e, •V. rl’^ntf CI, sullra- |’ai ~II f,’ populo. dOflfl Bq.Ôs. «IIU ̃•|»J»l«»lMlinu,. lioiii,,iii IVmli- ihh |"V |K. IIM, M(.|IO|M)(|. f>or ’•«• !«. /» t.nuua ,iihus < ’hnnt,h,s ̃<<<“ fir’l(,t t f)nh /V.rwi/ f>/ //>ist tTrfi S~r~ te III ^.<n mI). MiirnshTiiiMi Soi»- rai|l .t.V.iiu fiunoftnM.s. /• «wrrw -j,. •" ’"Jjfnm, luti’m, ut, /M. S**n • "V" /«r/*j, y mirrmii, $« ^JWv /•/•> r/ .juùJam ,< sacra, pan f-r-rcntti. ,t communu, tcufe- <|U«v Wm fm-inus. tivtv.stit- ; ijlld 7/i’A, ¡ SM|S .>n,/n linnmnn t ;,rn,,i f )ttonv UCtÛ V. iwjHutum rit huicqiiè S ?1H ’T’ <J>n<im itam tst a fond- )<• < ; /l" lùutuinn Hotoma^nsi rt < !<> j 1 ’• r.fus.frm ai-ptrmnti est a/ia rarj, ’A, ,,¡/(. ~~<7~ ( :orr( V’ />/ .V»«o/A, fiorennatrnu mut, ̃• ’♦Os urxutfu, .SuMiu- nirri f"7»w. Domt, temporr crvs, .•••"». /.i/m/» rpiM,Torun). i/fS, |UI "/i.Af«t_ fyuu-opis |> //f /v, ^,l(Ml

,W w /W obligations 1 client,* ,J,,

• m ’mini ^ipprintu </<.Mr,J,,tntu, tlrti ’•> ’1 »"M àtlmotium in r, |onlc

!’̃_<" .n,l lU.htrturn svmnr* Jh ni ,JC p. 

,te S~ rr/ ,ri ’ ;110 fi~dle~riw~ OU étrwrr~rrs l’r~trc~ etn étaxt r#«- m/W,/r ,i ^x FuJbert <«* ^sa^I^ttreseplaint’au prenùav^ /r« Seigneur ; c’est-À-dire au Roi.J**» •«i» injustices qui lui ont été faites par uu amen-vassal du même 10- uotit ? Présalat dans sa «f excuse le Roi Hugues, ici- et le recommande à Robert son peiv. "» Une* semblable’ excuse prouve bien cl»’^nent la simplicité des nMràn’de "» «Thtus-là. Du reste, le droit du Seihî ? iieiu inimédiat ou suzerain sur sou tbwhI, est établi au même endroit ena>ixplus solidement que dans la Lettre pnW-dentf), Car la voir de prière est la r°- *Mil<M,ufcv iiaroissc ouverte centre Pune "̃’ el lautiv au Roi t quoi<ll|e revélu de »-r l’auUirilé suprême |f nous remarqiifiiw qu’il y avoitdespiecvsdemoninné ir Chartres 12" dan* ces mots, •- par rélcclion du tierce, avec Ir suffrage <•< < /•»/ par le don du lioi avec’ l’ap’t prnbation du Pontife Romain par Tr/it. Remise du Métropolitain, etc., le I.CTteura (ont w « ] tu counNiroit à rendre > raiioni.|iie IVIt^tion d’un Evèque W dans la XV |^tfn> UII Evoque de S-nlis |N>stule jHuir lui-inèine le Sou«iWvinnt ,l< ri-^riis,. do Chartres. Or une •/ pareille d« ;nwn*he. de la j>art dVm Eveque, a tic quoi nOus surj)rendre 14" quelques Prêtres rélébroinit t la Messe suusx ntmiiiiniier. Li même détestable. arlion lut imputée à Jean XII dans urr 1 Stiimle Romain, en pn-senex’ d’Othon I«-Crand ; et les (>mnk>s de Home, «««•Rouen et d autres 1 coupèrent la ranne à ce criminel abus. L’an 9iW le Concile de Raveniie blâma une aulro routurne Ircviéf.réhensible dans le même -nue cYloit que les Soudia- •nvs, a l’heure du sacre» des Evèqucs, leur ««’iidoient le corps de notre SeiiiiKMir l.V les obligations réciproques du vassjd et du Soigneur, sont fort bien délites dans Ja 38’ lettre 16° toutes les relations et tous les rapports de Fulbert, soit en qualité de Prêt r^ et d’Kvêque, soit en qualité de vassal 1 et