Page:Bouquet - Recueil des Historiens des Gaules et de la France, 10.djvu/73

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page n’a pas pu être entièrement corrigé, à cause d’un problème décrit en page de discussion.


i..t.~)M)M !Ht.~L ) !)~w~ !M~M !.M~W~w~.L !t~M~ 1 lin PR~’sRATllr.

abli ; 

Canotm collrctionem obtulit j -*Mo y«.r Mahiltonio judice { ititer Capitularia Itcgum Fran- j 1 cvrnm luiud immerità potest cen- ( un. ln Canone de ministerio ( fi : Rc^s, Constantini lui|x !ra taris niansueludo laudatur inter dis- a sidentes Episcoixis. Parro idem ( laïc nastra jeta te laudamus mira- r tnunjur in optimo Princi/tc Ludovico .17’. /« iv CaMwcy4e.fMc- t< liltrtr~ .cio ~Illv ~1 « >t H<i-lMnii IVinripis non stihs- à «’iIn’IV. i|ll. :ill| |M»st SldlMTJp- Oi li«»«irm 1 tl.ctum roiitriiiiiriv L ^•1 t prnsrrilN’ri’. />/«f- i^itur ^<>_ t,, ru>l-r,,nnx> ju> nnstatis fuit r/i- { .m />. Tur/ Mil pr,,l,ir,t t ,“̃ f>, ,un, ,/uto .| ! 7/’ I" ""Im.ntnr. ( a^sa/ut-

<m, [“, l t,ru* MUumi.r v

"m. ljluu{ ,f ;/f/lll ,-j-, ,t. rr ~y’ t :lrlla r, d" < ’y (’,t’ lrl, ~A~ yllm III "> ttlhuiimim ] -’̃ l ’f’" ><" J’i : il, tûritur ijuo m la -̃ Insinua K^pnllua f, ,n. >l(r >«r» and ni ihi ,̃ ,Up. (v /’ll" Hi>n,,irn,r,tn, !’<> 1 fit /an <|ii /•«/» <ui, iu.it .11,1 n tatnttii Sll| I .’</ tnujn,, >juMt,di M,hdititi ;v ri| /r -,(- nli^ùmr uJnnttr1 1 nlur. /’̃< pnvi-ipuo ’̃ r«/r/.v »r/y/ ,> / ;rr. (j|ij "w// in>trmm-nta ,/w,r ,vr, | >ni>*i*unt < m .spn-fatitia M|r /J’ w/w r hipluwata. XXXV ’•«.. />. <- iidjiivnnti tdrmu.s in p|a, << liunti lOltinuiu. snv lit Robert une collection de Canons, la ? quelle, au jugement de D. Mabillon, w- peut à juste titre être rangée parmi les r’- Capitulaires de nos Rois. Dans le m "> Ginon touclmnt les devoirs d’un Roi, is la mansnetutie de l’Empereur Constantin, s- au milieu ffTïviyues discordants, est louée. w Or de nos jours nous louons et admirmus la iiiènie vertu dans le très-l>oii PriiHT Louis XV. Dans le tv Canon, louchant la lidélité due au Roi, >n •s lit ainsi ivwt mieux ne pas souscrire à réfection tfun Prince, que de mépriser ou proscrire relu, après avoir souscrit. i* as Fnmçois jouissoient donc cons(animent alors du droit d’élire leurs Rois. U* i Canon défend d’ordon• ner des KviHjues pour de l’argent C’est «|iif la simonie infectai t |H>ur lors II.-Iim" AMmui lui-même, GlalxT, vU exercèrent leur filuine contre ce crime. Du reste, de ces Canons que I* Auti-.u n cueillit |iour remédier aux maux et aux malheurs du Rovaume · l’on jH-ut ais* ;m«nt ju^er daiLS quel état la 1 rauee si’ trou voit sur la tin du x Mrele. AIiImui n’ fait entrer aucunes ile> laiisses i)eapes ; tjuoique de son tems ces .sortes de Lettres supposées lussent admises |>ar un principe aeu^le de religion. Tell<«s sont les principales piétés qui remanient t le commencement de la troisième race celles qui i restent t sur le même tems, comme les Diplômes de Hourtfojr,,«N rtc. trouveront place, Dieu aidant, dans Je Volume suivant.