Page:Bouquet - Recueil des Historiens des Gaules et de la France, 10.djvu/75

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page n’a pas pu être entièrement corrigé, à cause d’un problème décrit en page de discussion.


1» INDEX CBRONOLOGICUS. ronttmelnuti ejut oblivioni dat. Cuidam autem tn Franc ta sanclo viro divinitus revelatum fuerat, oirmes, cmsilio quorum antè Otho twercihan dunrrat in Franrtant, tnfra septetn annorum circulas esse moriturot. 140. 6. r. Otho II tmperator cum Deotiericg Pra>sule Romam redit ubi obit et sepclitur apud S. Prtrttm. 7. b. 140. d. Deodencus Prœsul, tnemor Regtmr improperii ad versus Cmarrm protati, srcutn antmo vol vit ’jua/itrr i’t sub occasion ? filn regnandt jura siibtrahat liennco ftuct Bajoarionitn, yi/i donis et promises reynum lentaf*nt usutftar ? ehctionem /io/ltcrfur et dniitionemfarit. I 40. d. Perfidiam Ikvdenn urnnes dttrslatitur. I il. (l. ()tl,n III mlliur puer succrdut putri. 1. r.

  • < Mrfrulut Kl>’su>pus’tr(hw. oh, !

Ut., a i Anuo Un. «)8’» Iv’.itniy Hr.r. (fuuumm tral rrspulitnn i.ihiis ,lr/r’is<i !ti/is sut* juirnr iithonc "w</< inUitrm irtlutifiiscni W iniiu♦• mj,tt atlanwn omtihi t]u<r nna vr,ituit, vaslat. (.outra ,fUr»i ,̃ /•m(4.v e^rrsf.1 ad tx-lla rrhimit al> rjus < :irn ,1,, stiprratitnr f.hms rapunitur ri tift ’lu, unttir prn ifuoniw lilvnitumr (’“> f"-t !us ,/uiJnm rmlrs f«>lrnhs.ir/,u$ r/,jrrs ’i itiitis lU-tjt tirfrri..11(1. M 1 ,/», l’.piin.fv, V.r.iltn. sucrrj,t ,l(l !/HC>. a. Ihoitnu us F.ptsropus M>t trusts dirrdit r( ,r, hiuastmo S. ,r,"̃}, ,iu<>d <r»<stn ;.L<nit ri ornainut. l’(»iui’titui t .’♦ | ,j, ’u¡.f Ue.1 /0/1.1 1 ,/1. ud 1/. ,.¡ 1"111/1/1. /<•̃ ;î l(c l.mx.li ̃ ildlt, l’t trtupus n<>’i>i<lttlum m Aijuilaum i.nuit. J ’» r’. l.tori, fil, su,, H ̃ :,t tu <>r, m addunt u’, A,futltu. ? part hii, ijUip rrrnrtis n ii">i siiurt, innius pu trr fore mduMnum <<>̃ difortto f,xt iriittt, mUufa <,<̃ tat .,•«̃ i/li j*T ,idi ! g sithul .hp-iitamatu l-t,mt sil’i .suhlrtnl.ini t/w, p,rv<inwrttt il la non flnii/utt, rf suis mlI nrt. tjunnttd.ti,, I.ntfutnus Aiftitlamam I" lit, rt fihiim MHifu trducit.). r. lirrhr, nis s, ï tint ad Karms. [iHl Ijotharuts h.in.nr pr^tst loi*, nomme ; Uikjo rtm /> a, tu ,,p ?r*. Amintia II, on,. t :i s"jmlrr /.cf«tmJ<i nt hujus r,nv, • }» -’irics irafi’-vrutn ̃fm/ftus fanl- < lu i piissutit. iiS ? a. >*t : Knmt (lu ’.)#{]. hn.nriu* ti Ai/iutnina rcvrrsus vrnrtw n R-i>i,i nd’iltmi r .v’ tUr filium wl-t »{Urt,S tMifov,CU})i. r. tU» ! senrj I ptrtms (hrrurit ,inno v rr<jrn ’’̃Ihs MX >̃ ?{,,> li(tsi{,,o S II’ Anno Oir. 983.

1 1 ï < » (hr lÏS~>. 

m s tinte fort contre eue, et n’ouWie pas ses imu» rôles j>eu mesurées et ses pulrages. Or il avoit m ete divinement révélé à un certain sainthomme •- on Jrance, que tous ceux par le conseil dessr quels Othon avoit mené auparavant une armée en France, mourroient avant sept ans révolus. 140. b. c. L’an 9HH de J.C. e I/EmjMTeur Othon II, accompagné de l’Evéque Thierrv, revient à Rome, où il meurt, et est « enterré à S Pierre. 7. b. 140. d. L’Evéque I hierrv n oubliant pas les propos outrageux de

!a Keme contre l’Eiii|ierenr, pense en lui-mèmo 

aux moyens de rempèclier de régner sous le nom de son fils il promet l’élection, et se soumet à Henri Duc de Bavière, qui par ses presens et jmr ses promesses tàelu>itde s’emiiarer du trône. 1 40. d. Tout le monde déteste la l>erfidiç_de Thierry. 141. a. Othon III encore eiifanl succwle à son jx-re. 7. c ! t 1 V’i. n. Wicfrid, K^uc de Verdun, meurt ! .{|<>. a.

  1. Van 984 de J. C.

lx> Itoilxitliairc voyant que l’Ktat étoil sans défense sous lé jeune Othon, assiège la ville de Wnlun, suis la |H>uoir preiHltt^ : ceiiendant il nivale tous |(^ environs de la ville. I^es ennemis «tant sortis |x>ur le combattre, sont vaincus par son anm’-e plusieurs sont pris et emments : |x»ur la délivrance desquels un certain Robert, chevalier tnVpuissant, porte au Koi l««s clefs de la ville.{IG. b. Adalhcron xicc.a Wiefiid Kvè<iuede Verdun.

J1»I. a. Thierry, Kv«Vjne de Met/, meurt, et

est enterre dans le Monastère de S. Vincent qu’il avoit construit et orné. 141. a. b. L’an Wà de J. C. t^e Iloi Ix.th.iire m- rend à Limoges et passe linéique teins en Vquitaine. I ’»’ 0. Il amené d qiiitaiue une Icmme au l ;«u Uniisson fils Jai|iielle voyant qu«- v.n mari ne audroit jamais son |M>n-. p».|ise en femme rusi’-e à fairtlivorce ace lui. Kllc lui |KTSuade donc d’aile, ensemble en Aquitaine jHtur se la soumettreet la «-t.int arrivé imis <iHlx } vv e quil(r’ et m- relire chez ses prens. |^th ;ure avant appris. »-c tnut, va en quilaine ; et rainenc son fils. ’>. e. E·. «ierlM-rt «H-rit a différente* prsonnev .’{«7. LuIhaur n’esl. Hoi q,,e de nom, tandis que le l>nc.l|ii-u«N l’est ,1,. fait H d’effet, l.’amiti.de Hugues est une chose a la recherche «le laquelle on ne doit point ’s<> porter ne-ligen,iiM’iil d’iiiilanl qu avec ccmvoiiin on jieùt aisement imiter toutes les fouyui-s des, Fran.-ois •187 a. n. • L’an 98(» de J. C. a>i, aire de ntoui d’AquiUiine meurt empoisonne jKir s» femme adultère, laissmt un lils nomme Louis. I U. e. il meurt vieux et plein de jours Tan de son règne, el i,v de son âge il «-m enterre à Heinis <J ;u,s l’Iv-lis,. (Je