Page:Bouquet - Recueil des Historiens des Gaules et de la France, 10.djvu/79

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page n’a pas pu être entièrement corrigé, à cause d’un problème décrit en page de discussion.


k»v INDEX CHRONOLOGICUS.

Hugo Dux principatum adeptus ab Archiepiscopo Remensi diademate coronatur et

Rex Francorum appellatur : 236. d. Remis ab Adalberone Archiepiscopo ungitur in Regem, v Ao/mu Julii. 12. n. 220. a. 22(i. b. 2^7. h. 23’». a. 230. n. 2<7. b. 278. b. c. 291 c. 293. a. 298. 6. 299. a. 543, Ludor t’eus adolescent obi t et ipso anno Hugo fit Rex et ungitur Remis, v .N’onas Jttlii. 234. n. b. 297. a. In eodem anno m Àa/. Januarii Robert us filius Hugonis Rex ordinatur. 13. m. 297. a. ">00. Rob*’Nus Regum piissitnus, ini/uiunt plerufue Scriptares, coronatur eodem anno, y mu jxttrr id est eodem anno regni Hugotus, non rodem anno C.hrisii.’

Ludnviro Regr defunrto Ihujo tune Dux raneorutn invitas recipit regtuim qui

!)"/> limita jhksI filiumsuum Rohertum }Mirtirijtfin 

fa rit sui inijirrii. 300. d. Hugonnn (.ajH’tum quidam vulgareset simplicrs < mlunt fuisse /ilrltriiun i^n rrytntm usurjitirmt tjtiod ifiii est lia. Miles e/nm fuit thatjiitf et anli’jiuT nolnlitatis. 297. e. llu’fu rrijni inrasnr aulusi. . :(ur aliifualilrr tH’H rst jinhciiinliis ipt, ni a I tantam il ii/n liaient rjHSilrvi rnjtii l’rm <>’<̃$ rletjei ^ut I wr.rmini, ijurini/w ilivunrn fiatri ’/•(> f’i<~(iun orandum ijiuxl lei/itur m (,-stiy Hi./inn ; <t Walann, >i,l istutl

1 ̃jauni jir’pJi.m tita.wtwirtiihtin. Sir llu</<> 

II’ 1 raiffruil) jili ̃f)i. I h/rtlli jH-- llnlllini f’i :uiil<rtn. Hiinr -y/ il n ’it. i>>,r.-fJrnlr ihrinn .’̃’ .ii /̃̃ jiituli. tu : rr./tunn riiiuimm ’M-’lNti M/’ rirrluHi lt 11 :11 triltCfa f IUJII ".< a •/», :{Ul>. f

/v ̃ </nat !< an*fi i i,,r<i’ir nymiin I ̃ ii’-ij, iinihujtd (.tir’i’iisiiiin m ]iro</<Êniein < ’̃̃, m l’,iniri,stniii. ’2, c. ’21 A. h. .il f ;ntu :’i r • J s •/ Vilutit ism ilitimali’ : jnn,-iu. S, a,- tus > nuit niai iras ri tu I.uIi’.iH ̃<.̃ l’(t !h>ntir, a jijiiirml et > • ̃/> ni jir,,iii’sii us ̃> !•̃ ail Mju’niKiin </<>nenihuimu. ’2A. H. II. i t .sur. rasom lui di ri t/iin I ran nn ;in di.n-rtit anno ̃̃’ ’JSl. N. Il ii/iicii in llw/’iiii m .soumis, >̃ rri/rtill’ttts US’/itr ni septi nui III ijrnrràlii/iiri. u, il c/ est m fierpi -114)1111. 289. d. AOO. i //(je rrrelalmne jMiti-ntir ostmttidtr rr :/itt Imti.sliitionrni ftirtani fuis, jir Ii"iiuni rultuitatm- ’2 VA. r. 289. e. (. shihus, ultnuus }i/<i.su/>!<e Carnli >’ ̃ji.nt. ,i>. a. t’runnn r ! r<-ji,n r.ry/i/A-S’is jititrnnnn ri-tjuunt sfir.r etilt rmi- /> •• ’78. /(. S"l H"fi pnti-s ! ’rsistrnlr ii Ibi’innr ijin nii Hnrmil.ll’i. < f -a-- F’is f.-itnms ImiI.,1 i.i j,r,, m ri-t/nmn > (7. i l/»-rr ri/,7 .se,/ nnn j,nlrst ijtn’tl lh-US Jh/irm s<f, Vl’-lli.irriH rli.jit. Siilll) i i.i’i. nn/n innstli n.n altjti nml ri Hu-fia-ni ’’i.jinil eu m film suti Hoherto. ’2’A l’iuirijn’s t ran> nnint r.rpt’llinit t ;,ir<i !mn H’i/m ,ir ir.ju’i. Aï. r /•̃’̃̃̃arn iji-nnafiits fntt’T (••ijUnnus Jarres ’̃’̃.7’" • ’̃ e.i j,c !l, !iir i.ifimdatur ’̃ !̃̃• i’ii< atir- • rjiKs (p/’iu.’i nt opini’i Ai- Le Duc Hugues s’élaot rendu maître de la mo,et narchie, est couronné jwr IMrchevéque de mis Reims, et esl appelle Roi des François. 236. d. in U est sacrê*Hoi i Rlims par l’Archevêque Adala. beron, le 3 Juillet. 12. n. 220. a. 226. b. 227. 6. n. 234. a. 236. n. 277. h. 278. b. c. 291 c. a. 293. a. 298. b. 299. a. 543. Le jeune Louis pso meurt, et l’année même Hugues est (ait Roi v et est sacré à Reims le 3 Juillet. 234. n. b. em 297. a : La même a nnw le 30 Décembre ius Rolxrt fils de Hugues est couronné Roi. i 3. n. «. 297. a. 560. Robert, le plus pieux des Rois, mt disent la pKt|Kirl dès Ecrivains, esl couronné v>, la même année que son père c’est-à-dire la <jo- même année du règne /le Hugues, et non la même année «le J. C. V^

iix Le Roi Louis étant mort, alors Hugues, Duc f«’ des FrançVis, reçoit la couronne malgré >Jui, i’- et peu de temps ajM-ès il s’associe au trône son /o- fils Robert. 300. d. Quelques gens du peuple >* et simples, croient que Hugues CajnH fut un ir- homme du commun, lequel usui|>a le Royauni» il n’en est pas ainsi. Car ce fut un Clieva’’• lier d’une grande el d’une ancienne noblesse. «- 297. e. tluyues ne doit en aucune façon être iw cens»1 avoir envahi ou usur|K ; le trône lui que les (ir.mds » !«> l’Ktat (’lurent et élevèrent à une ’ri *i t ; ran» le dignité, et qu’un oracle du ciel "i adressé a son père, qu’on lit dans les Gestes «les SS. Ri»]uier el Valeri, avoit prédit devoir être ’/<» mis sur ee même tnme-. Ainsi Hugues |>aroit avoir «le fait Roi par lavvolonle du Seigneur. Disons dojic.«|u’il fut « ;lu Roi selon les règles |>i«i- tous Us Barons iht Royaume, du eonsentement < !«• loutr la nation, et «ju’il ne fut pas un rrl I11l’lIt cil’ luull,la Ilation,t’t (lU ’il nt’ fut pas UII "» lenuraire usur|Kiletir. 300. 1). c. >ij Le Due Hugues, siiniummc C^ipet reçoit le Roaume «t règne la couronne est transférée d<’ t>> race des (^ulovingieiis dans celle des ’’• onrlt-xlo Paris. 23 V. c. 27 ;{.l). l ne certaine l~ i">i"ii anima Hugues a une si grande action. v.arS. ’aleri lui apjKirut dans Paris, et lui et promit le Roauuie jusqu’à la se|ilieme géneralioii. 2.Ti. a. 1). « Toi et les successeurs au ’V » Irône de l’rance, avoit dit S. Yaleri à Ilu’<» Kllr> (" ^>ngf l’an 981, vous régnerez, jus̃v» qu a la septième gém-ration, » e’esl-à-»lire à fI- jM-rpeliiile. 289. n. d. 300. c. Celle revilation ’• monlr»’ clairement que le changement dans la ’"̃ succession a la couronne, a été fait |Kir la vclonte du S«’igucur. 273. c. 289. e.

Charles le Sot regn»> le dernier de la race »lc Charles. 3Hî :a. Chassé «le France el du trône, il *<lut «’tant viurer le rouuimc palerin’1. 2TS. h. Mais il ne jm’u ! réussir, cause l, «le la rtsistaiiee <it> Hugues, qui s’«-toit révolte. 31 V- < !• (Charles, oncle < !«• Louis, cut lui succe»ler an trône mais il ne le peut parce que Dieu a fait choix d’un Roi meilleur que lui, ,Car I«-n Fi-aiK ;ois, axant t«nu conseil, le rejet ’̃ tent, et «lisent Hugues avec R«>U>rt son lils* » ;{l d. Les Princes I laneois chassent le Roi ( ’.harles du Royaume. ;{I7. c.

v Le propre fr«rc (v Lothaiir, riiéritier légitime de la couronne, est «liasse du Royaume, est déshérite, est juive du trône et ses rivaux,