Page:Bouquet - Recueil des Historiens des Gaules et de la France, 3.djvu/418

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
314
CHRONIQUES DE SAINT DENIS, Liv. V.

là tapis, si comme l’en disoit, ou tens de la persecucion des Crestiens, qui fu sour l’Empereour Constantin. Là le tondi et le benei li Papes Zacaries, et li donna habit de Moyne. Puis lessa-il ce leu, pour ce que les nobles gens de France qui là aloient, le visitoient trop souvent. En l’Abaie saint Beneoit de Moncassin entra en la congregacion des autres freres ; là servi nostre Seignour, et fist fruit de bonnes oevres par la bonne vie que il mena puis toute sa vie.

Annales de Metz.
Chron. d’Ademar.
* mut
l’An 748.
Grifons li autres des freres ne vouloit[1] estre sougiz à son frere Pepin, jasoit ce que il vesquit souz lui honorablement ; ainz assambla tant de gent, comme il pot avoir, et s’enfui en Saisoigne. Em poi de tens après * vint à ost contre son frere sour une riviere qui a non Ouacre, en un leu qui est nonmez Orham. Et li Princes Pepin rasambla l’ost[2] de France contre la desloiauté son frere ; par Toringe s’en ala, et entra en Saisoigne, son ost fist logier en un leu qui est nonmez Skahingue sour un fleuve qui estoit apelez Misaha : pas n’asamblerent à bataille ; ainz firent parlement, si se départirent à tant. Grifons qui bien s’aperçut de la legiereté et de la fauseté de la gent du pais, se départi de la terre, pour ce que il se * doubtoit
l’An 749.
* douta d’aucune traïson. En Baiviere s’en ala ; li chevaliers et les serjans du roiaume de France, qui à li aloient, recevoit ; Suitger qui à li vint pour lui aidier, [retint : ] si fist tant que il tolli la duchée au Duc Thassille qui estoit Duc du païs. Quant la nouvelle fu raportée de ses fais au Prince Pepins son frere, il mut et entra en Baiviere à grant ost ; Grifons et tuit cil qui avec lui estoient, et qui à li erent venu, prist ; au Duc Thassille rendi sa terre ; à tant retourna en France. A Grifons son frere donna douze Contées du roiaume de Neustrie ; mes encore ne li souffit-ce pas ; ainz s’enfui celle année meismes à Gaifier le Duc d’Aquitaine.

l’An 751.Li Princes Pepins qui bien vit que li Rois de France, qui lors estoient, ne tenoient nul profit au roiaume, envoia adonques * au Pape* à l’Apostoles Zacarie mesages, Bulcart l’Archevesque de[3] Bourges et[4] Farré son Chapelain pour demander conseill de la cause des Rois de France qui en ce tens estoient ; Liquiex devoit estre mieux Rois, ou cil qui nul pooir n’avoit ou roiaume, ne n’en portoit le non fors tant seulement, ou cilz par qui li roiaume estoit gouvernez, et qui avoit le pooir et la cure de toutes choses. Et li Apostoles li remanda que cilz devoit estre Rois apelez, qui le roiaume gouvernoit, et qui avoit le souverain pooir. Lors donna sentence que li [Princes] Pepin fu couronnez comme Rois.

l’An 752.En celle année meismes fu Rois clamez par la sentence le Pape Zacarie et par l’election des François. Enoinz fu et sacrez en la cité de Soissons par la main saint Boniface le Martir en l’an de l’Incarnacion nostre Seigneur[5] dccl. Childeris qui Rois estoit apelez, fu tonduz et mis en une Abaie. Puis regna li Rois Pepin [XV.] anz, IIII. mois et * X. jours* XX. jours. Si avoit devant ce tenu la seignourie du palais et du roiaume puis la mort Karlles Martel son pere X. ans.



----
  1. mie estre sougiés.
  2. des François.
  3. Burchard étoit Archevesque de Wurtzbourg en Franconie.
  4. Forré, il faut Folrade.
  5. Pepin ne fut couronné qu’en 752.