Page:Bourdeau - Tolstoï, Lénine et la Révolution russe.djvu/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


CHAPITRE II

UN NOUVEAU TOLSTOÏ

Tolstoï est une de ces natures si riches, si variées, si changeantes, obéissant à la logique contradictoire de sentiments ingouvernables, à la fois idéaliste exalté et observateur sans illusion, qu’il est impossible de fixer, d’immobiliser sa physionomie ondoyante et diverse, fuyante et insaisissable, dans un buste ou dans un portrait. Il faudrait en surprendre au vol les jeux capricieux, les cinéma tographier dans leurs métamorphoses. Il est regrettable que le grand Russe n’ait pas rencontré, comme un Johnson, comme un Goethe, son Boswell ou son Eckermann. Si grande qu’ait été la négligence et l’incurie de ses disciples à recueillir la suite de ses propos, certains de ses familiers, de ses interlocuteurs de passage, nous en ont conservé quelques fragments : M. Serge Persky les a réunis sous ce titre Tolstoï intime ; Maxime Gorki, le célèbre romancier des parias, des vaga-