Page:Bourdon - En écoutant Tolstoï.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


bienfaits occasionnels. Il est certain que le tribunal de la Haye mérite des louanges unanimes, et qu’il faut déplorer que le conflit actuel ne lui ait pas été déféré par celui-là même qui, ayant pris l’initiative de constituer ce tribunal, envoie aujourd’hui un peuple à la bataille. Mais le salut n’est pas dans des combinaisons diplomatiques, si bien imaginées, si généreuses qu’elles puissent être ; le salut est dans la conscience individuelle, dans l’impérieuse notion du devoir que chacun doit porter en soi : il est là, et non pas ailleurs. J’ai confiance dans l’homme, je n’en ai point dans les artifices gouvernementaux. Je veux que l’amour de la paix cesse d’être l’aspiration peureuse des peuples en épouvante devant les maux de la guerre, mais qu’il soit l’exigence inflexible de consciences droites.


Le repas s’achevait lentement. Nous étions maintenant au dessert. Le maître mangeait sans hâte, mais généreusement. Parfois, pour m’écouter ou pour me ré-