Page:Bourgeois - Solidarité, 3e éd., Armand Colin, 1902.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les plaies profondes du temps présent. »

Ces paroles, d’un éminent naturaliste contemporain[1], sont une réponse précise à l’appel que, depuis Auguste Comte, les politiques et les philosophes adressent aux sciences de la nature pour leur demander le dénouement du drame humain.

Certes, la société humaine n’est pas un organisme semblable à l’organisme animal ; elle ne constitue pas un être vivant où les parties sont, comme dans l’agrégat biologique, matériellement unies les uns aux autres.

Mais les effets de la solidarité natu-

  1. Edmond Perrier, Faune des côtes de Normandie, 1894.