Page:Bourget - Nouveaux Essais de psychologie contemporaine, 1886.djvu/136

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Vers le lac infini roulait ses ondes lentes.
Majestueux, pareil au bleu lotus du ciel...


Quelle large et puissante évocation du Gange sacré, puis, tout de suite, quelle peinture des hôtes dangereux ou gracieux de cette rive !...

Parfois un éléphant songeur, roi des forêts,
Passait et se perdait dans les sentiers secrets,
Vaste contemporain des races terminées,
Triste, et se souvenant des antiques années.
L’inquiète gazelle, attentive à tout bruit,
Venait, disparaissait comme le trait qui fuit.
Au-dessus des nopals bondissait l’antilope,
Et, sous les noirs taillis dont l’ombre l’enveloppe.
L’œil dilate, le corps nerveux et frémissant,
La panthère à l’affût buvait leur jeune sang.


Et pour conclure il montre d’un coup l’intime union de cette nature et du panthéisme primitif :

Telle la Vie immense, auguste, palpitait,
Rêvait, étincelait, soupirait et chantait.
Tels les germes éclos et les formes à naître
Brisaient ou soulevaient le sein large de l’Être.


À ce degré de vision, la loi scientifique qui établit la relation de l’esprit et du climat cesse d’être une simple affirmation abstraite. Elle s’anime, et nous sentons peser sur nous la formidable pression sous laquelle le cœur de l’homme a ployé