Page:Bourget - Pastels, 1889.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des relations toutes faites dans le monde, et cette espèce de précoce entente de la dépense qui fait qu’un jeune homme, s’il se ruine, sait du moins pourquoi. Sa place était marquée d’avance dans l’annuaire des deux ou trois grands cercles que les Snobs de la bourgeoisie mettent des années à forcer. Ce jeune homme peut être, avec cela, un garçon très fort ou très médiocre, traverser Paris sans y perdre pied ou sombrer aussitôt dans l’océan des tentations qui l’environnent. En attendant, il est le roi de ce Paris. C’est pour lui que travaille l’énorme ville, à lui qu’aboutit l’effort entier de cette colossale usine de plaisirs. S’il a des aventures dans le monde ou le demimonde, c’est avec des femmes comme lui, de celles dont la lingerie intime représente seule une fortune et dont le raffinement ne saurait être surpassé à l’heure présente, first class ladies, des femmes de première classe, disent les Anglo-Saxons du commun, habitués à tout étiqueter comme des marchandises. Que ce jeune homme conduise un phaéton attelé de ses propres chevaux, ou qu’il emploie, par goût du sens pratique, des fiacres de cercle, soyez assuré que son appartement est aussi confortable que celui d’un grand seigneur anglais, aussi encombré de bibe-