Page:Braddon - Le Secret de lady Audley t2.djvu/179

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


seul regard sur sa femme agenouillée. Il n’osait pas regarder une dernière fois celle qu’il avait aimée. Il se rendit dans son cabinet, sonna son valet de chambre et lui ordonna de préparer son portemanteau, de faire atteler pour le dernier train et de prendre tous les arrangements nécessaires pour accompagner son maître.