Page:Bravat - Essai sur la race bovine gasconne.djvu/6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Comme les Landes, les Hautes-Pyrénées et le Lot-et-Garonne ont une race de bœufs qui leur est propre, la Gascogne se réduit, à mon point de vue, aux trois départements de Tarn-et-Garonne, de Haute-Garonne et du Gers.

Voyons donc, dans une rapide esquisse, la topographie de ces trois départements.

Le sol de cette région, sans offrir des plaines considérables, présente, cependant, des vallées assez étendues, couvertes d’une belle végétation, et coupées çà et là de coteaux plus ou moins élevés sur lesquels les fruits de la nature étaient aux yeux du vigilant cultivateur la récompense de ses pénibles labeurs.

Ces coteaux ne sont pas généralement très élevés ; ils augmentent de hauteur en se rapprochant du sud. Ce sont, pour ainsi dire, les premiers gradins du vaste amphithéâtre qui se termine aux cimes des Pyrénées. Ces coteaux ne laissent pas entr’eux des espaces assez considérables pour former de grandes plaines. Cependant, au nord de la Gascogne, lui formant comme une demi-ceinture, se trouve la plaine de la Garonne, qui s’étend dans les départements de la Haute-Garonne, de Tarn-et-Garonne et de Lot-et-Garonne, se prolongeant ensuite jusqu’à Bordeaux.

Pour tout le reste de la région, c’est un entrecroisement de coteaux formant des vallées sur lesquelles serpentent, du Midi au Nord, des rivières, des cours d’eau portant la fraîcheur et la vie aux animaux et aux prairies qu’ils abreuvent.

On y compte trois principales rivières : la Garonne, le Gers et la Baïse, qui ont pour affluents un nombre considérable de petites rivières, de ruisseaux, aux bords desquels se trouvent en grande partie les prairies sur lesquelles on compte pour l’entretien de la race. Les ruisseaux ne pou-