Page:Bruant - Dans la rue, vol2.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mon vieux frangin, tu viens d’bouffer d’la case,
T’es t’un garçon comm’ moi, tu n’as pas l’taf,
J’t’écris deux mots et j’profite d’l’occase
Pour t’envoyer le refrain des Bat. d’Af.

                V’là l’Bat. d’Af. qui passe,
                Ohé ! ceux d’la classe !
                Viv’nt les Pantinois
        Qui vont s’tirer dans quéqu’s mois ;
                À nous les gonzesses,
                Vivent nos ménesses !
                On les retrouv’ra
        Quand la classe partira.


Depuis que j’suis dans c’tte putain d’Afrique
À faire l’Jacqu’avec un sac su’l’dos,
Mon vieux frangin, j’suis sec comme un coup d’trique,
J’ai bentôt pus que d’la peau su’les os.

                V’là l’Bat. d’Af. qui passe,
                Ohé ! ceux d’la classe !
                Viv’nt les Pantinois
        Qui vont s’tirer dans quéqu’s mois ;
                À nous les gonzesses,
                Vivent nos ménesses !
                On les retrouv’ra
        Quand la classe partira.