Page:Bruel - Études sur la chronologie des rois de France et de Bourgogne.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
—( 51 )—

de Richer[1]. Ce calcul se rencontre quelquefois et est signalé dans l’Art de vérifier les dates.

Nous pouvons rattacher aussi à ce point de départ exceptionnel deux autres chartes :

No 1291. (B. N. cop. 11-109.) Feria septima, xviii (lisez XVIIII) kalendas februarii, anno XX regnante Lothario rege. Samedi 19 des calendes de février ou 14 janvier répond à A. Or, 971 a pour lettre domin. A; et pour que le 14 janvier 971 soit dans la 20e année, il faut et il suffit que la lre année concoure avec la fin de 971[2], par exemple au mois d’octobre. Or, la maladie de Louis d’Outremer, qui donna lieu à l’association au trône de son fils Lothaire, eut lieu, d’après Richer, à la fin de l’automne. Ce point de départ, abandonné pendant longtemps, aura été repris par un scribe érudit, si toutefois la date de l’acte a été fidèlement reproduite.

No 1444 bis. (A. m. 47.) Data per manum Rothardi, anno XXVIII Hlotharii regis. Dans cette charte qui doit être antérieure au 22 février 978, date de la mort du comte Lambert de Chalon[3], il faut compter les années de 951, pour que la 28e année corresponde à 978. On en vient donc à admettre ici que les années partent du commencement de 951 ou que 951 compte pour une année entière.

9o De 946.

Les différents points de départ que nous avons examinés jusqu’ici ne suffisent pas encore à expliquer les dates de toutes les années de Lothaire. On trouve, en effet, dans les chartes de l’abbaye de Cluny une série de quarante-quatre actes datés de la 33e à la 40e année de ce roi. Or, dans le calcul ordinaire, le règne de Lothaire n’a que 32 ans, et dans le calcul qui remonte

  1. Richerii historiarum lib. II, cap. XCIX.
  2. Nous avons proposé dans notre tome II, p. 368, de dater cet acte de 952 ; il suffit de prendre pour point de départ la fin de 951.
  3. Le cartulaire de Paray fixe la mort du comte Lambert à 988. « Anno ab incar. dom. DCCCCLXXXVIII decessit de mundo isdem egregius comes [Lambertus] octavo kalendas marcii. Cartul. de Paray, ch. 4. Les auteurs de l’Art de vérifier les dates pensent qu’il y a une erreur et qu’il faut lire DCCCCLXXVIII (978). Nous partageons cet avis, d’autant que nous avons une charte de Cluny, no 1474, qui nous montre Adélaïde, veuve de Lambert, déjà remariée en 979, si l’on admet que la 34e année de Lothaire correspond à 979. (Voir ci-dessous le point de départ de 946.)