Page:Bruel - Études sur la chronologie des rois de France et de Bourgogne.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
—( 60 )—

que peu de temps après la mort accidentelle de leur père, Lothaire dépouilla son jeune frère de la part qui lui avait été assignée. Ce résultat nous paraît désormais acquis et clairement démontré par l’examen des chartes de l’abbaye de Cluny.


XVI. — Louis V, fils de Lothaire.


Louis V succéda à Lothaire, son père, le 2 mars 986. Ce dernier prince de la race carolingienne mourut sans enfants le 21 mai 987, dans la 2e année de son règne. Nous avons cinq chartes qui font mention de ce prince et qui sont toutes datées de l’an 1er de son gouvernement.

Louis semble n’avoir pas été reconnu de suite en Bourgogne, si l’on s’en rapporte au no 1720, qui est daté du mois d’avril, l’an 1er après la mort du roi Lothaire. Mais l’acte suivant, qui est de la même date, montre que la reconnaissance dut avoir lieu précisément à cette époque.

No 1721. (B. N. cop. 13-140; A. m. 212.) Mense aprili, anno primo regnante Hluduvico rege. 986, avril.

No 1722. (B. N. cop. 13-146; A. o. 46.) Die martis, tercio nonas augusti scripsi, anno primo regnante Luduvico rege. La date de cet acte, 986, 3 août, est certaine. En effet, le mardi 3 août répond à la lettre domin. C. qui est celle de 986.

No 1724. (B. N. cop. 13-154 et 155; A. b. 127.) Regnante Ludovico, anno primo regni ejus. 986, 2 mars-987, 1er mars.

No 1725. (B. N. cop. 13-170; A. b. 102.) Regnante Ludovico anno primo. 986, 2 mars à 987, 1er mars.

No 1727. (B. N. cop. 13-165 A. m. 712.) Die veneris, mense febroario, anno primo régnante Ludovico rege. 987, février.

Nous avons examiné ci-dessus la difficulté qui résulte de la similitude de noms qui rend là confusion possible entre Louis d’Outremer, Louis l’Aveugle et Louis V, nous n’y reviendrons pas ici. En laissant de côté le no 1722, dont la date est bien certaine, nous ferons remarquer que, pour les autres, les synchronismes et la distance des temps facilitent la distinction entre le dernier des Carolingiens et ses devanciers enfin, tandis que les formes du nom de Louis IV sont excessivement variées[1], celles

  1. Voir ci-dessus, page 28.