Page:Brunhoff – Histoire de Babar, le petit éléphant (1931).djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Heureusement
une vieille dame très riche,
qui aimait beaucoup
les petits éléphants,
comprend en le regardant
qu’il a envie
d’un bel habit.
Comme elle aime faire plaisir
elle lui donne
son porte-monnaie.

Babar lui dit :
« Merci, Madame. »


Histoire de Babar - page 11.jpg