Page:Bruno Destrée - Les Préraphaélites, 1894.djvu/81

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

qu’il y ait plus de plaisir pour l’artiste et pour l’artisan à dessiner et à exécuter un objet ayant un cachet personnel et artistique plutôt qu’un objet purement commercial et qu’il y ait plus de plaisir pour le public à se servir journellement de pareils objets ; que la réputation d’excellence dans les arts décoratifs vaut à un pays des débouchés considérables dans tout ce qui regarde le commerce et l’industrie, ce sont là des faits trop évidents pour que je me permette d’insister.

Il est évident maintenant qu’ayant négligé pendant longtemps ces arts décoratifs, nous y avons beaucoup perdu à tous les points de vue et que nous sommes loin de cette excellence dont je parlais. Mais si l’on veut s’en rapprocher, je le dirai une dernière fois, il faut que les artistes qui tiennent le premier rang chez nous dans les deux grands arts de la peinture et de la sculpture cessent de se désintéresser de ces arts décoratifs ; qu’ils ne croient plus, comme ils le font à présent, qu’un ouvrage d’art décoratif soit indigne d’occuper leur pensée, leur travail et leur talent, mais bien plutôt que s’ils y appliquent leur pensée, leur travail et leur talent ils en feront une œuvre d’art aussi digne d’admiration que celle qu’ils ont exécutée en peignant leurs tableaux, et en sculptant leurs statues. Et d’autre part, que le public désireux de voir les arts décoratifs prospérer en Belgique cesse à son tour de s’adresser pour les choses d’art industriel dont il a besoin, aux marchands, aux tapissiers, ou à ceux qui, pour la plupart, portent chez nous peu dignement le titre de peintre décorateur. Qu’il ne s’ingénie pas suivant les conseils de ces marchands, de ces tapissiers et de ces peintres dits décorateurs, à des reconstitutions inutiles et impossibles de l’art industriel d’autres périodes artistiques, qu’il cesse de décorer les maisons d’après le conseil d’architectes, archéologues, plus archéologues qu’architectes, et plus encore commerçants qu’archéologues, qu’il s’adresse à des artistes, à ceux qui chez nous portent les noms les plus réputés dans le domaine de la peinture ou de la

77