Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 2.djvu/134

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Fig. 16. Trace récente d’un paon femelle.
Fig. 17. Trace récente d’une poule domestique.



Planche 26b.


Fig. 1. Ornithichnites giganteus. Le relief naturellement que nous avons figuré ici représente la forme et la grandeur du pied, et une partie des ongles. (D’après Hitchcock.)
Fig. 2. Ornithichnites diversus, avec les impressions des appendices du talon, dessiné d’après un platre envoyé par le professeur Hitchcock à la Société géol. de Londres. (D’après nature.)
Fig. 3. Trace d’un petit animal sur un calcaire oolitique près de Bath. Voyez Journal of Royal Institution of London, 1831, p. 538, pl. 5. (Poulet Scrope.)[1]
  1. M. Poulet Scrope a présenté à la Société géologique de Londres une série de pierres choisies dans les carrières exploitées dans les couches de calcaire lithographique (Forest-Marble), de la formation oolitique, près de Bradford et de Bath. La surface de ces couches est couverte de petites ondulations, comme il en existe communément sur les sables de tous les rivages où l‘eau est peu profonde ; ele présente aussi des traces nombreuses de petits animaux (probablement des crustacées) qui ont marché dessus dans diverses directions, alors que la surface en était encore molle et recouverte d’une mince couche d’argile. Ces empreintes de pieds sont sur deux lignes parallèles l’une à l’autre, présentant des dentelures, comme si elles avaient été formées par de petits ongles, et souvent aussi on voir la trace d’un troisième ongle. (Voy. pl. 26b, fig. 3) Il y a aussi souvent une troisième ligne de traces entre les deux autres, elle semble produite par la queue ou le ventre de l’animal qui aurait touché le sol. Aux poins où l’animal a passé sur les ondulations du sol, ces ondulations sont aplaties et effacées. Ainsi une ondulation entre b et d (pl. 26b, fig. 3) a été aplatie, et il y a un enfoncement en e sur le côté escarpé de la saillie qui semble avoir été produit par l’animal en glissant ou en montant sur cette pente.