Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 2.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
2
EXPLICATION DES PLANCHES.

avait exécutées jusqu’ici, les relations des terrains granitiques et volcaniques, soit entre eux, soit avec les terrains stratifiés. Le choix et l’arrangement des animaux et des plantes qui se voient dans la partie supérieure de la planche sont entièrement de nous ; le dessin et la gravure de cette planche, ainsi que d’un grand nombre des gravures sur bois qui font partie de notre atlas, sont de M. Joseph Fischer d’Oxford.

Cette coupe est fondée sur une série nombreuse d’observations faites avec soin dans des directions différentes, et sur des points différens de la surface de l’Europe, depuis les Îles Britanniques jusqu’à la Méditerranée. Bien qu’il n’existe aucune ligne où, en pratiquant une coupe, ou rencontrât chaque formation complète et dans l’ordre parfait de succession que nous indiquons ici, aucune circonstance pourtant n’a trouvé à y prendre place sans être appuyée sur des faits positifs et bien connus. On verra combien ce tableau synoptique de M. Webster se rapproche des faits qui peuvent être observés dans une coupe réelle, si on le compare avec l’admirable coupe figurative de l’Europe qu’a publiée M. Conybeare dans les comptes rendus de l’association britannique pour l’avancement de la science, année 1832, et avec les coupes de l’Angleterre que cet auteur a données dans la Géologie de l’Angleterre et du pays de Galles, par Conybeare et Phillips.

Pour faciliter les renvois, j’ai indiqué par des numéros les groupes principaux de terrains stratifiés, en me conformant à leur ordre de succession le plus ordinaire, et par des lettres les terrains cristallins ou non stratifiés, les masses injectées et les dykes, aussi bien que les veines métalliques et les diverses lignes de fractures déterminant des dislocations ou des failles. Le peu d’étendue de l’espace sur lequel nous avons dû grouper tous ces phénomènes ne nous a pas permis d’observer les proportions relatives qui existent entre les terrains