Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 2.djvu/231

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tie a par une suture. La partie centrale de cette suture constitue le bord, ou cadre de l’œil. Ce bord se compose de deux parties qui s’unissent pour recevoir les lentilles de la même manière que les branches qui entourent le bord des verres dans les besicles. Ordinairement les lentilles se sont détachées dans les fossiles de cette espèce, comme cela a lieu souvent après la mort dans les yeux du grapse peint et de l’écrevisse commune de notre époque. — b, l’œil. — c, la partie dorsale formée de lames articulées qui se meuvent (es unes sur les autres comme les anneaux de la queue de l’écrevisse. — d, la queue.
1. L’animal roulé en boule, comme les cloportes actuels. (D’après Scharf.)
2. Le même, vu en dessus. Il est étendu comme dans l’acte de la natation. La queue, d, est formée d’anneaux sans articulation mobile. (D’après nature.)
3. Le même, roulé en boule, et vu par devant. La coquille, dans cette position, devait protéger parfaitement toutes les parties molles des corps qu’elle enveloppait. (D’après Scharf.)
4. Le Calymene macrophtalmus enroulé, vu de côté, avec la queue reployée contre le bouclier. (D’après curtis.)
5. Un autre échantillon de la même espèce, enroulé, comme celui de la figure 4, et vu par devant. Les yeux, dans les fossiles de cette espèce, sont ordinairement bien conservés, et les facettes en sont grandes. (D’après Curtis.)
6. Asaphus tuberculatus, espèce très ornée, du calcaire de transition du comté de Dudley. Appartenant à la collection de M. Johnson de Bristol. Le dos seul est