Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 2.djvu/300

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les pédoncules prennent leur origine. (Figure originale.)
Fig. 4. Base du même fruit montrant la section transversale du réceptacle (r), et les sommets de plusieurs cellules avortées sur le côté gauche du réceptacle. (Figure originale.)
Fig. 5. Graine isolée de Podocarya convertie en carbonate de chaux. Grand. nat. (Figure originale.)
Fig. 6. La même graine grossie.
Fig. 7. Section transversale d’une graine grossie. On voit, près du centre f deux croissans d’une couleur plus sombre que les autres parties. Voyez fig. 8 et le milieu de la fig. 10. (Original.)
Fig. 8. Portion amplifiée de la fig. 3, montrant un stigmate desséché au centre de chaque tubercule hexagonal. Au dessous de ces tubercules il y a une section longitudinale des cellules simples (b), chacune contenant une graine (f) ; et en avant de ces cellules se voient les bases creuses d’autres cellules (e, e) dont les graines ont été enlevées. (Figure originale.)
Fig. 9. Autre portion amplifiée montrant les sommets de plusieurs graines (e) dont l’épicarpe a été enlevé. (Figure originale.)
Fig. 10. Autre portion amplifiée montrant, en abc, les mêmes parties que dans la fig. 8, mais plus distinctement, et en d la portion supérieure des pédicelles fibreux en même temps que les bases des cellules, c. (Figure originale.)
Fig. 11. Sommet d’un des drupes ou groupes de cellules, dans lesquelles se divise le fruit du Pandanus moderne, montrant une disposition hexagonale dans les tubercules, dont chacun offre à son centre des restes