Page:Buies - Chroniques, Tome 2, Voyages, 1875.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
14
CHRONIQUES

y vivre indéfiniment renfermé, comme l’huître, il attendrait dans une immobilité satisfaite, le réveil des morts à la vallée de Josaphat, sans se douter un instant que le monde s’agite autour de lui. Pourvu qu’il puisse dire tous les ans : « Je vous la souhaite ! » qu’il soit rond comme une balle les lendemains de chaque fête, qu’il en ait de ces fêtes à tout propos, inventées uniquement, je crois, pour faire concurrence aux innombrables fêtes d’obligation de son pays, c’est tout ce que le canadien désire ici-bas. Le reste, il sait bien qu’il l’aura dans l’autre monde, pour lequel seul il semble vouloir vivre.




L’HIVER EN PLEURS.


(Au propriétaire du National.)



Une pluie battante depuis deux jours, et c’est le 23 janvier ! Ô Canada de nos pères ! où es-tu ? Neiges éternelles, n’êtes-vous donc aussi qu’un mensonge ?

On dit qu’il pleut tant aujourd’hui parcequ’il n’est presque pas tombé de pluie l’automne dernier, et qu’il faut que le seau d’eau céleste se vide comme le sac de neige, un peu plus tôt, un peu plus tard. Belle consolation, vraiment ! Et pourquoi n’a-t-il pas plu l’automne