Page:Buies - La lanterne, 1884.djvu/123

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
123

courtiser. S’il fallait parler directement au peuple ou aux familles, je n’aurais qu’à prendre le premier livre de prières venu, le transcrire en entier dans la Lanterne, et demander ensuite $2.00 au bout de l’année.

Je ne connais pas, Messieurs, ou plutôt je ne la connais que pour la fouler aux pieds, cette hideuse tactique « À jésuite jésuite et demi, » comme si ce n’était pas assez d’être jésuite tout court, ou comme si l’on pouvait être plus jésuite qu’un jésuite.

La vérité est une et indivisible. L’amoindrir ou la dissimuler, c’est la corrompre. Où en seraient donc les autres pays, si les hommes qui les ont illustrés s’étaient amusés à entourer de réticences les idées qui ont avancé la cause des peuples ? Au penseur, à l’écrivain, le devoir sacré, inaltérable, absolu, de dire tout ce qu’il pense, et surtout tout ce qui est.

C’est ce que je fais, à travers les clameurs, les plaintes, les cris d’effroi, convaincu que, dans quinze ans, ceux qui trouvent que je vais trop loin aujourd’hui, me glorifieront.

L’Ordre appelle les zouaves du pape des correspondants pontificaux.

Or, un de ces correspondants pontificaux écrit au Franco-Canadien : « Vous vous imaginerez facilement, et nos mères encore mieux, ce que devaient être des habits que nous portions depuis sept mois, je dirais presque la nuit et le jour, tant il n’est pas rare que nous nous mettions au lit habillés des pieds à la tête. »

Les voies de la perfection sont innombrables. Ainsi, dans les collèges, pour éviter le scandale, on fait coucher les élèves avec leurs pantalons. Dans les monastères, il est expressément défendu de se laver le corps, pour s’épargner de voir des choses, mais des choses !… comme dit l’abbé Giban. « La sainteté, » remarque un touriste célèbre qui avait visité de nombreux couvents, « est l’art de puer suivant certaines règles. » Mais celui-là sans doute était un impie, et ne comprenait pas que le mépris d’objets matériels et périssables est un sentiment agréable au Seigneur.

Le corps est l’enveloppe boueure de l’âme immortelle ; les instants employés à se décrasser sont autant d’instants perdus pour le salut de son âme. Dieu nous réclame tout entiers, en outre des couches graisseuses qui se superposent de mois en mois sur notre épiderme épaissi.

Une seule fois par année, il est permis de laver les pieds des autres en signe d’humilité.

Aujourd’hui, la puanteur va prendre un caractère particulièrement agréable à Dieu ; elle va devenir pontificale.

Cela me rappelle qu’une charmante dame du Canada avait chargé son mari de lui rapporter de Rome une soutane du pape. Le mari,