Page:Buies - Le Saguenay et le bassin du Lac St-Jean, 1896.djvu/163

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


local. C’est à l’embouchure de la rivière qui lui déverse ses eaux par une chute perpendiculaire de quarante pieds, tout près de l’ancien poste, qu’a été installée la grande scierie de la maison Price. Là, les beaux bois du Saguenay sont convertis en madriers, en colombages, bardeaux, lattes, boîtes d’emballage, lambris, allumettes et pièces de pavage : pas une retaille qui ne soit utilisée. L’été, les navires d’outre-mer viennent charger ces bois à un mille au-dessous des moulins, tandis que, l’hiver, la coupe des billots qui les met en activité procure un emploi lucratif à quantité de colons pauvres ; le chantier, nom qu’on donne à la fois à la scierie et à l’ensemble des habitations qui l’entourent et où logent les travailleurs, constitue en outre un marché avantageux pour les grains et le fourrage dont les cultivateurs peuvent disposer.


II


« Lieu remarquable pour être le terme de la belle navigation et le commencement des portages » : c’est ainsi que le Père Lejeune désigne Chicoutimi dans ses Relations.

Mgr. Laflèche, évêque de Trois-Rivières, donne à ce nom la signification et l’origine suivantes : Chicoutimi, « jusqu’où c’est profond » (en langue crie). De Ts’ks, « jusque là », et timeur, « c’est profond ».