Page:Buies - Le Saguenay et le bassin du Lac St-Jean, 1896.djvu/282

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


trouvent mêlées et qui se déposent au fond du lac ou le long des rivières dont elles émaillent les bords.

* * *

Au temps de M. Bouchette, la Mistassini n’avait été explorée que jusqu’à dix milles de son embouchure. « Je suis d’avis, disait cet arpenteur, dans son rapport de 1828, que, d’après la proximité des rivières et l’aspect général du pays, il s’y trouve une étendue considérable de terre susceptible de culture. »

M. Bouchette ne s’était pas trompé, au contraire ; il avait même été bien modeste dans son appréciation.




Les affluents de la Mistassini sont, à l’ouest, la Ticouapee et la Wassiemska ; à l’est, la rivière Aux Rats et la Mistassibi.

* * *

À la fin du siècle dernier, Michaux, célèbre naturaliste français qui était venu au Canada pour étudier nos plantes, se rendit jusque près de la mer de Hudson par la Mistassini et la rivière Rupert. Nous avons de lui un récit de son voyage dans un livre qu’il a fait sur les