Page:Buies - Le chemin de fer du lac Saint-Jean, 1895.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
21
du Lac Saint-Jean

millions de dollars ; les travaux, longtemps interrompus, recommençaient par la construction d’un pont monumental sur la rivière Jacques-Cartier, et l’entreprise tout entière prenait une physionomie et une allure inconnues jusque-là.


VI


Nous étions parvenus alors à l’année 1878. Rien ne semblait devoir désormais troubler l’action de la Compagnie, mais de nouveaux nuages s’étaient formés subitement à l’horizon et, grossissant toujours, allaient fondre sur l’entreprise en paralysant encore une fois ses mouvements à peine rendus à leur liberté et à leur vigueur.

Une compagnie rivale s’était formée et avait obtenu de l’Assemblée Législative un acte l’incorporant sous le nom de « Compagnie du chemin de fer du Saint-Laurent, des Basses Laurentides et du Saguenay. » Elle avait pour objet principal l’exploitation des forêts entre les vallées du Saint-Maurice, de la Batiscan et du lac Saint-Jean, et voulait construire une ligne qui, partant du Lac, aboutirait à un point quelconque entre Batiscan et Trois-Rivières.


CONCURRENCE INATTENDUE


Cette compagnie se présentait sous des dehors alléchants, comme il convient de le faire lorsqu’on parle au