Page:Buies - Le chemin de fer du lac Saint-Jean, 1895.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

67
du Lac Saint-Jean

Lac Saint-Jean avait parfaitement compris, et elle voulait faire de la voie projetée entre La Tuque et l’Abbitibi « l’extension » occidentale de la ligne qu’elle venait de pousser jusqu’au Lac Saint-Jean et qu’elle allait bientôt mener à l’extrême est, jusqu’à Chicoutimi, centre principal de toute la région saguenayenne.

Mais des événements inattendus, d’une extrême importance, allaient surgir, qui devaient donner aux plans de la Compagnie une direction toute nouvelle ; un facteur inconnu, dont nul ne peut encore mesurer la force ni l’étendue d’action, apparaissait sur la scène où se déploient les deux immenses provinces d’Ontario et de Québec, en reculait encore les perspectives et en agrandissait encore l’horizon illimité.


XVI


Jusque là, quels que fussent ses projets d’extension future, quelle que fut la hauteur de ses visées, la Compagnie avait dû borner ses opérations à un champ purement local. Fondée à l’origine pour des fins très modestes, elle avait déjà dépassé son but et créé, en quelque sorte, un vaste arrière-pays qu’elle avait mis en communication directe et quotidienne avec la capitale de la province. Encore, avait-elle quelque peine à atteindre jusqu’à l’extrême limite de cette destination. Faute de moyens suffisants, les travaux de construction sur « l’extension »