Page:Buies - Québec en 1900, conférence, 1893.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

58
québec en 1900

cette transaction, se réservant un certain nombre de pieds de long de la bordure extérieure du terrain, pour y ériger des défenses, des redoutes ou des batteries, lorsque nous serons en guerre avec les Patagons.

Voilà vingt ans qu’on parle d’un escalier au bout de la rue Hébert et d’un autre dans la côte à Coton, afin d’épargner aux piétons le long détour qu’ils y sont obligés de faire. La question, pour le moment, est d’avoir encore vingt ans devant soi pour pouvoir en parler plus à son aise.

On prétend qu’une amélioration certaine, pour cette année même, sera le percement de la rue Saint-Paul, en ligne droite, à l’endroit où elle fait l’énorme coude que vous connaissez : ce sera dans le but de la rattacher directement à la rue Saint-André. Celle-ci, au lieu de se diriger vers la ville, comme la circulation et les communications du commerce l’exigent, court aboutir au quai du Gaz, où elle n’a pas affaire du tout. On se propose donc de faire là une rectification indispensable.


L’année dernière, on avait commencé à parler beaucoup d’un tramway électrique élevé, et on le donnait même comme sur le point d’être construit. Évidemment, cela allait trop vite. Aussi a-t-on entendu aussitôt s’élever de tous côtés les protestations d’une foule de citoyens effarouchés.

Comme on pouvait s’y attendre, la chose fut arrêtée net.