Page:Buies - Récits de voyages, 1890.djvu/129

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
131
sur les grands lacs

En second lieu, Port Arthur deviendra de plus en plus un centre minier important, l’or, l’argent et le cuivre s’y trouvant à l’état natif, dans un rayon de cent milles de la haie du Tonnerre, et le plomb, le fer, le zinc et le bismuth même s’y montrant en quantités parfois considérables. Mais l’avantage principal de Port Arthur, c’est que le Pacifique canadien constitue, par la baie du Tonnerre, la voie la plus courte entre l’extrême Orient, (Chine, Japon, Archipel Indien)et Londres ou Liverpool, la distance par cette voie étant de neuf cent vingt-sept milles moins longue que celle qui conduit d’Orient en Occident, par New-York ou par San Francisco.