Page:Buies - Récits de voyages, 1890.djvu/177

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
181
à travers les laurentides

des comptes, et un "store", c’est-à-dire un magasin de provisions. Il y a de cela à peine un an, et déjà tout a disparu, campe, office, store, Italiens, punaises, et l’œil n’y contemple plus guère que la noire image de la désolation répandue sur les troncs d’arbres moisissants. Encore un an, et l’on ne pourra même plus retrouver l’emplacement où était la "North Pole House"… C’est ainsi que vont et que s’en vont les choses dans notre pays si arriéré.


V


Nous voilà maintenant engouffrés dans les derniers contreforts des Laurentides, sur le versant septentrional de la chaîne. Partout, à droite, à gauche, devant, derrière nous, des gorges profondes, des ravins, des précipices, d’énormes entassements de granit, des massifs qu’on ne voyait pas l’instant d’auparavant et qui surgissent tout à coup devant le regard, comme s’ils nous attendaient pour fondre sur nous, grondant et mugissant à chaque appel du sifflet de la locomotive, comme si les échos, subi-