Page:Buies - Récits de voyages, 1890.djvu/246

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
251
promenade dans le vieux québec

des Jésuites, en 1624. Ces révérends Pères restèrent d’abord chez les Récollets, en attendant qu’ils fussent en moyen de s’établir eux-mêmes. Deux ans plus tard, Champlain en amenait de France trois autres avec vingt ouvriers, apport inestimable dans une colonie qui ne comptait que cinquante-cinq âmes ; mais ce ne fut qu’en 1635, grâce à un don de vingt mille livres fait par le comte de Gamache, que les Jésuites purent poser les fondations de leur collège et de leur chapelle : cinq ans plus tard, ces deux édifices brûlaient, malheur commun à toutes les maisons religieuses de la colonie à cette époque.

De longues, longues années plus tard, les Jésuites construisirent leur collège dans sa forme actuelle, grand édifice de 224 pieds sur 200, d’une charpente solide, qui a survécu aux abolitions successives de ses fondateurs et qui a longtemps défié les gouvernements de porter la main sur lui. Il a servi pendant cent ans à toute espèce d’objets ; on y a vu les quartiers des soldats, on y a vu des tribunaux et jusqu’à une patinoire, dans la vaste cour qu’il renferme, dans cette même cour où se dressaient encore en 1825 de magnifiques rejetons de la forêt primitive, arbres séculaires que les soldats anglais,