Page:Bulletin de la société géologique de France - 1re série - 2 - 1831-1832.djvu/214

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Vous sans rappelez que M. Rozet a même proposé de faire sortir de terre des eaux diluviennes chargées d’acïde carbonique. Cette liaison des sources avec les propriétés du globe a été appelée une respiration sui généris, par M. Keferstein.

Certes le globe expire ou exhale beaucoup de substances, et dans ce sens n’étant pas inerte, on peut dire métaphoriquement qu’il vit ; mais il y a encore loin de là à la vie animale, quoique les parties constituantes des êtres animés se retrouvent dans la croûte terrestre. Et supposant même qu’il n’y ait entre les objets inanimés et animés aucune différence, si ce n’est celle résultent de la diversité élémentaire et de l’emploi varié de certains fluides invisibles, on aurait néanmoins raison d’avoir des termes distincts pour indiquer la vie d’un être agissant et même raisonnant et celle d’un objet non doué de ce facultés.

La connaissance exacte de la nature des sources minérales étant toujours plus sentie, et d’une autre part les chimiste et le géologue commençant à y attacher beaucoup d’importance, nous ne devons pas être étonné du nombre de descriptions locales qui s’accumulent chaque année.

On a publié dernièrement les analyses des eaux sulfureuses de Moffat et des eaux ferrugineuses de Vicars-Bridge, près de Dollar en Écosse. MM. Kastner et Stifft ont donné celles des eaux minérales du pays de Nassau, qui sont si nombreuses et si variées. MM. Brandes et Pegeler ont examiné les eaux de Tatenhausen en Westphalie ; M. le docteur Scblegel celles du Liebenstein en Thuringe.

M. Gmelin a imprimé une brochure intéressante sur l’eau acidulé de Niedernau en Wurtemberg, qui sort du milieu de rochers magnésiens du Muschelkalk. M. Vogel nous a fait connaître un grand nombre de sources de Bavière, M. de Holger certaines eaux d’Autriche et de Styrie. L’ouvrage de feu M Kitaibel sur toutes les eaux minérales de la Hongrie, du Bonnat et de la Transylvanie, est un bon index à consulter pour celui qui voudrait les étudier à fond. M. C. A. Grundler a présenté dans un volume une récapitulation de toutes les sources minérales de l’Allemagne et des états dépendans des souverains allemands.

En Italie, M G. Melandri a publié de nouvelles recherches et des analyses sur les eaux ferrugineuses de Recoaro, dans le Vicentin ; M T. Giuly une Histoire naturelle de toutes les eaux minérales de la Toscane ; M. Grandoni une Analyse des eaux salines et ferrugineuses Bovegno dans le val Trompia.