Page:Bulletin de la société géologique de France - 1re série - 3 - 1832-1833.djvu/495

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



8° Un Mémoire sur la distribution et le gisement des dépôts salifères sur la surface terrestre (65 p.) ;

9° Une Note sur le dépôt de lignite de Wolfsegg en Haute-Autriche (4 p.) ;

10° Deux volumes d’observations locales et détachées sur le Salzbourg et l’Autriche supérieure ;

11° Deux volumes d’un Journal de voyages dans la Moravie, les Sudètes, la Silésie méridionale et le territoire de la république de Cracovie ; ses observations sur la Moravie et les Sudètes sont le plus souvent inédites ou intéressantes ;

12° Cinq volumes du Journal d’un voyage fait par ordre du gouvernement autrichien à travers toute la chaîne des Carpathes, depuis Presbourg jusqu’en Gallicie, et de là, jusqu’à la Wallachie. Ce journal, accompagné de nombreuses coupes et d’une ébauche de carte, renferme une quantité innombrable d’observations locales inédites. D’abord, c’est le seul recueil qui décrive en détail le dépôt salifère du Marmarosh, et celui si considérable qui borde le pied septentrional des Carpathes, de la vallée de Stry jusqu’à celle de Czeremoscz et jusqu’en Bukowine. Ensuite, on y trouve la description des dépôts primaires et secondaires de la Bukowine, celle des chaînes primaires et trachytiques de la Transylvanie orientale, celle de la chaîne primaire qui sépare la Transylvanie de la Wallachie. Enfin, il y a des détails circonstanciés sur les montagnes aurifères de Zalathna, de Vorospatak, de Felsobanya et de Kapnik, et sur les terrains salifères de la Transylvanie.

Les notes recueillies dans ce dernier pays par M. Lill sont d’autant plus précieuses, qu’elles sont souvent relatives à des contrées non visitées par M. Partsch ou par M. Boué, et, en réunissant les trois journaux de notes de ces observateurs, l’on aurait une idée assez complète de la géologie de la Transylvanie.

M. Lill comptait, dans une monographie du grès des Carpathes, résumer toutes les observations qu’il avait faites sur cette formation dans ses divers voyages ; mais n’étant pas satisfait de l’exécution de ce mémoire, il l’a détruit avant sa mort, et il n’en reste que les têtes des chapitres.

Enfin il a déposé aux archives du conseil des mines à Vienne, un grand atlas de 76 coupes, avec deux cartes géologiques de la Hongrie et de la Transylvanie, et une table de hauteurs dont une partie a été mesurée par lui-même.

M. Boué possède quelques fragmens de ces dessins.

Parmi tous ces travaux, les derniers sont, sans contredit, les