Page:Bulletin de la société géologique de France - 1re série - 3 - 1832-1833.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


delà de 1300 pieds il a rencontré des couches d’agglomérats, de manière que le calcaire est couvert par une masse arénacée de 1600 à 1800 pieds d’épaisseur ; en descendant on arrive dans le grand bassin houiller central, qui n’offre que rarement des failles. (Monthly Amer. J. Avril 1832, p. 434.)

Dans le comté de Bradford il y a beaucoup de houillères, de calcaire coquillier, du fer, des sources salées ; mais on n’y a pas encore trouvé de cavernes ni d’ossements fossiles, à l’exception d’une dent d’éléphant.

D’après M. J.-P. Davis, le comté de Wayne est occupé en grande partie par un plateau de 1300 pieds d’élévation sur la mer ; il est couvert de forêts, et entaillé çà et là par des vallées remplies d’alluvions. Le sol du comté est formé de schiste intermédiaire, de grauwacke, et de calcaire de. transition. (Monthly Americ. Journ. Mai 1832, p. 521.)

On trouve encore dans le Journal de géologie de M. Fentherstonaugh des idées très bonnes sur la fertilité comparative des deux Amériques et des autres parties du globe. Le continent américain est traversé dans sa longueur par de hautes chaînes de montagnes attirant l’humidité, et généralement sa largeur n’est pas trop grande pour empêcher la terre de profiter des vapeurs s’élevant de l’Océan.

M. Ross Cox a publié ses aventures dans un voyage fait sur la rivière Colombie, en deçà des montagnes rocheuses élevées de 11,000 pieds, et dont la base atteint 8000 pieds. (2 vol. in-8°. Londres, 1831.) La Nouvelle-Calédonie, près du fort Alexandrie, à 53° lat. nord, offre de la houille, des laves, du quarz, du cobalt, du talc, du fer, de la terre à foulon, du granite, du marbre noir, et du calcaire.

Sur le Brésil, nous avons eu, l’an passé, trois ouvrages qui intéressent le géologue. D’abord on trouve quelques renseignemens, surtout sur les mines, dans les Notices sur le Brésil publiées par le révérend R. Walsh. Ensuite M. d’Olfers a donné des détails sur les dépôts tertiaires arénacés et coquilliers qui s’étendent le long des côtes du Brésil, de Morro de S.-Paulo à Cabo do Calcanhar (Archiv. de. Karsten, vol. IV, cahier I).

Ces roches existent aussi sur le Rio-Abaité, dans la province de Minaes Geraes, et M. Weiss, d’après M. Sello, les indique dans le golfe de la Plata dans sa description géologique de ces contrées méridionales (Mém. de l’Acad. de Berlin).

M. d’Eschwege, de retour dans sa patrie, vient de réunir dans un ouvrage toutes ses observations avec celles d’autres