Page:Bulletin de la société géologique de France - 1re série - 4 - 1833-1834.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’échange contre les Mémoires de la Société. Renvoi ou conseil.

M. de la Fontenelle annonce aussi qu’à la réunion scientifique formée à Caen, en juillet de cette année, on a décidé qu’il y en aurait une seconde à Poitiers, en septembre 1834, et qu’il doit en être secrétaire général. Il invite la Société géologique de France à se réunir à Poitiers, à le suite du congrès. Ce pays, dit-il, offre sans doute moins de sujets d’étude que le sol de l’Auvergne ; mais il est encore susceptible de donner lieu à de nombreuses et curieuses remarques. En tous cas, M. de la Fontenelle pense que la Société géologique se fera représenter à ce congrès.

Cette invitation est également renvoyée au conseil.

M. Leymerie adresse une Notice géologique manuscrite sur la route de Troyes à Nogent, et sur le terrain compris entre Nogent et Resson (Aube). Un membre (M. le président) fait remarquer que cette notice ne peut être lue, se trouvant déjà imprimée dans les Mémoires de la Société de Troyes, n’ 47.

Correspondance étrangère. — M. Delvez, secrétaire perpétuel de l’Académie de Bruxelles (Bruxelles, 28 octobre) fait connaître que cette Société savante échangera volontiers ses Bulletins contre ceux de la Société géologique. Il annonce en outre l’envoi prochain de deux mémoires sur la province de Liège, qui ont obtenu le prix et l’accessit au concours de 1830.

M. Partsch, de Vienne, fait savoir qu’il espère terminer en 1835 son relevé de la carte géologique de l’archiduché d’Autriche, y compris des portions des pays environnans. Il a visité cette année des parties de la Styrie, de la Basse-Autriche, de la Moravie et de la Hongrie occidentale, et il continue de faire dessiner les fossiles de ces pays. Il compte publier son relevé sous trois formats, savoir : en colorant 20 feuilles de la carte détaillée de l’Autriche à. l’échelle d’un pouce pour 2,000 toises, puis la carte générale à l’échelle d’un pouce pour 4,000 toises sans tracé de montagnes, et comprenant 654 milles géographiques ; enfin, une parte à l’échelle d’un pouce pour 6,000 toison, qui comprendra