Page:Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d'Ille-et-Vilaine, volume 8.djvu/125

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


-123-

Vitré à Redon et de celle n° 3 de Rennes à La Guerche, à trois kilomètres avant Moulins, situé sur cette dernière. Dans cet angle, et à environ 700 mètres de son sommet, se trouve la ferme dite des Grands-Champs; la ligne observée passe entre les deux et à 15 mètres de cette dernière. Elle l’a été par le sieur Gilbert, qui en est le fermier, sur toute l’étendue de son terrain elle est presque à fleur de terre, car la charrue, dans son mouvement, la rencontre. Au passage de la route de Vitré à Redon, elle est à environ 1 mètre au-dessous du sol et à plus de 2 mètres au-dessous des remblais de celle-ci. Dans une de nos tournées, nous avons voulu l'examiner. La coupe qui a fixé principalement notre attention, à environ 60 mètres de la ferme, ne consistait qu’en un massif d’environ 5 mètres de largeur, 0m 30 d’épaisseur, formé de pierres grosses, moyennes et petites, enveloppées entièrement de la terre du champ, qui la recouvrait d’environ 0m 15. Il serait possible que, sans avoir été liées avec ladite terre, celle-ci, par l’effet du temps, eût fini par remplir tous les vides qu’elles offraient.

 L’épaisseur du massif, ainsi que le fermier s’en est assuré

sur plusieurs points, est variable. Il nous a offert l’aspect des chaussées que l’on faisait autrefois, ou plutôt de celles qui s’exécutaient par corvée.

 L'inspection des lieux donne à penser que le chemin dont

il faisait partie a dû être remplacé par la route actuelle, qui semble en être une rectification. Ce massif était-il la fondation d'une voie romaine ou d'un simple chemin moderne ? Rien de caractéristique ne peut servir à décider la question.

 Quelles sont maintenant les conséquences à tirer des faits

que nous venons d'exposer concernant les vestiges d’anciennes voies qui existent entre Rennes et Empiré ?

 1o Les restes de voie romaine observés à Venèfles et à Louvaine tout en

ayant pu servir (au moins en partie) à une