Page:Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d'Ille-et-Vilaine, volume 8.djvu/219

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
— 216 —

portance et constater le haut rang qu’elle [a occupé dans la société du moyen âge.

Cette famille, du reste, ne me semble pas être restée exclusivement attachée à la baronnie de Fougères. Dès le xiv° siècle, elle nous apparaît divisée en trois branches, dont l’une s’était établie dans le pays nantais, où elle forma de grandes alliances, entr’autres avec la famille de Machecoul ; la seconde, aux environs de Rennes, dans la paroisse de Melesse, où l’un de ses membres bâtit un château auquel il donna son nom ; la troisième enfin, sans doute celle qui coutinna la souche, était demeurée au manoir où elle avait pris naissance. — Celle-ci ne tarda pas elle-même à se pat ?tager en deux rameaux : le premier, qui prit le surnom de Montframmery, d’une terre qu’elle possédait dans la Chapelle-Janson ; l’autre, celui de La Motte, nom’du manoir seigneurial de la paroisse, qui vraisemblablement avait été le berceau de la famille. r

La branche des Montframmery donna ä la ville de Fougères un connétable en 1473 et un gouverneur en 1562 (i). "

La branche de La Motte était représentée en M98 par Jean

de Beaucé, qui faisait partie de la compagnie de cinquante hommes d’armes de lareine, sous le commandement du sire de Maillé. (D. Mort, Pr. III, col. 805.)

A l’époque de la Ligue, les de Beaucé suivirent le parti du duc de Mercœur. Ils furent alors déclarés coupables (le lèse majesté et leurs biens confisqués (D. Mor., Pr. III, col. 1497). L’un d’eux servit avec distinction dans les armées duduc,

(i) C’est au connétable que l’on doit rapporter le nom de Monttrammery donné à la grosse tour qui se trouvait a l’angle Nord-Est de l’enceinte de la ville de Fougèrcsfet qui avait été en grande partie construite pendant qu’il était en charge.

s