Page:Burnouf - Dictionnaire classique sanscrit-français.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


130

3g77nf'T (>f('ifii ]"•• lit' /. ut'.

57^ o\//'</ m. rosier de Chine, hibiscus

inutabilis. bot. ôdraimspa n. rose de Chine.

y| ui 71. ônâmi 1 ; fl. ônitâsmi; etc. Emporter ; dérober ; voler.

ônaydmi c. faire emporter ; faire dérober. ('niiniûâmi dés.

rTrTTH /tfV f 1. moy. de u. 5TrT (^^w m. [? pour o;im] chat.

ôdana n. [und) riz cuit à l'eau. — S. f. ôdanî sida cordifoha, etc. Cf. balâ.

ओं
ôṃ monosyllabe mystique composé de a u ṃ et représentant dans son unité phonétique et graphique la trinité indienne de Brahmâ, Vishnu et Çiva. Tout acte religieux, toute action grave, tout livre de quelque importance est précédé de ôṃ. Une grande efficacité est attribuée à renonciation et à la méditation de ôṃ. On lui donne le nom de êkam axaram la syllabe une et indivisible. Mais ce mot vient probablement, par contraction, de avam, n. de ava, qui signilie en zend : celui-ci ceci, et qui indique ce qui va suivre ; l’usage de ôṃ est de beaucoup antérieur aux cultes spéciaux ou réunis des trois dieux, ôṃ entre dans plusieurs formules : ôṃ tat sat Om, Lui, l’Être (ou le Bien), c-à-d. Dieu ou le principe neutre de la détermination et de l’existence ; ओं मानि पद्मे हूं ôṃ mâni padmê hûṃ, formule buddhique appelée vidyâ sadaxarî ou la formule en six lettres ou syllabes, et dont le saint Avalôki-têçwara est réputé l’auteur.

trrT ôla ou ôlla a. [val ?) humide, mouillé. — S. m. arum campanulatum , bot. plante dont la racine est comestible.

TFTÏÏ^" ôland ou ôlad. ôlandayâmi 10

ou ôlandâmi 1 (?). Lever, élever, j[ rejeter. Ce mot semble être une contraction prâkrite de avalât id ; cf. land.]

^rt^ osa m. [us] action de brûler; brûlure; ardeur.

ôsana m. saveur ou odeur acre et brûlante.

irrSn^ ôsadi et ôsaciî f. toute plante annuelle ou herbe.

ôsadqmti m. la Lune, considérée comme réglant la végétation des plantes annuelles et même de tous les végétaux.

ôsa'dlça m. iîça) mms.

TPXT'Pf ôsayâmi c. de ôiâmi {us). îJTTSrwTTTÎT ôsisisâmi dés. du même. ^ter ôsyê f2. de w.

TW ôsfa m. lèvre, surtout la lèvre supérieure [par opposition à aâara] ; || du. ôsfa) les deux lèvres. [Ce mot vient sans doute, par contraction prâkrite, de avasfa. ; Il Slav. ûsta; lat. ostium. — S. f. ôsyî toute plante à fleur labiée [même hors de la famille des Labiées].

ôsfya a. labial, tg.

H«çlM ôhâmi pr. de uh.

AO 

5T a?, 14e lettre de lalphabet et 4« lettre double ou diphtongue, dwiyôni, équivalente à â^, c-à-d. a-a-u. Elle est le gouna de ô ou la vriddhi de u ou de û ; la plupart des mots où se trouve oo ont donc u, û à racine.

7) interjection pour appeler, afBrmerJ

��etc.

�� �