Page:Burnouf - Lotus de la bonne loi.djvu/220

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



CHAPITRE XVI.

PROPORTION DES MERITES.

Pendant que cette exposition de la durée de la vie du Tathâgata était faite, un nombre immense et incalculable de créatures en retirèrent du profit. Alors Bhagavat s’adressa ainsi au Bôdhisattva Mahâsattva Mâitrêya : Pendant qu’a été donnée, ô toi qui es invincible, cette indication de la durée de la vie du Tathâgata, laquelle est une exposition de la loi, des centaines de mille de myriades de kôtis de Bôdhisattvas en nombre égal à celui de soixante-huit Ganges, ont acquis la patience surnaturelle dans la loi. Un nombre cent mille fois plus grand d’autres Bôdhisattvas Mahâsattvas, a obtenu la possession des formules magiques. D’autres Bôdhisattvas Mahâsattvas, en nombre égal à celui des atomes de mille univers, après avoir entendu cette exposition de la loi, ont obtenu le pouvoir de n’être enchaînés [par aucun contact]. D’autres Bôdhisattvas, en nombre égal à celui des atomes d’un univers, ont obtenu la possession de la formule magique qui fait cent mille fois dix millions de tours. D’autres Bôdhisattvas Mahâsattvas, en nombre égal à celui des atomes d’un univers formé de trois mille mondes, après avoir entendu cette exposition de la loi, ont fait tourner la roue qui ne revient pas en arrière. D’autres Bôdhisattvas Mahâsattvas, en nombre égal à celui des atomes d’un moyen [millier d’] univers, après avoir entendu cette exposition de la loi, ont fait tourner la roue de la loi nommée Celle dont l’éclat est sans tache. D’autres Bôdhisattvas Mahâsattvas, en nombre égal à celui des atomes d’un petit [millier d’]univers, après avoir entendu cette exposition de la loi, ont été destinés à obtenir, au bout de huit naissances, l’état suprême de Buddha parfaitement accompli. D’autres Bôdhisattvas Mahâsattvas, en nombre égal à celui des atomes de quatre univers formés de quatre îles, après avoir entendu cette exposition de la loi, ont été destinés à obtenir, au bout de quatre naissances, l’état suprê