Page:Burnouf - Lotus de la bonne loi.djvu/594

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


APPENDICE. — N° VIII. 553 Clough, par une perfection nouvelle, la vérité, qui ne paraît pas bien répondre à la mé- thode ou à Yupâya. Mais la détermination, qui est la huitième perfection de la liste de Clough, n’est qu’une autre face de la prière, qui est également la huitième dans la liste du Vocabulaire peniaglotte. L’une et l’autre expriment le désir ardent, le vœu passionné que forme un être qui aspire à devenir un Buddha. Je ne vois pas le rapport du neuvième terme, la charité, avec le neuvième de la liste du Vocabulaire peniaglotte, la force ; j’avoue que je préférerais ici les autorités sur lesquelles s’appuie Clough, parce que lala, «la a force, » rentre trop dans la quatrième perfection , qui est l’énergie. On en peut dire autant de la dixième, l’indifférence, qui répond à la science du Vocalalaire. Ces deux termes ne sont pas si éloignés l’un de l’autre qu’ils le paraissent, puisque la science dont il doit être question ici est, selon toute probabilité, le résultat de l’indiiTérence acquise par la médi- tation. Il n’en est pas moins vraisenablable que i’énumérution qui donne le plus de termes différents devrait avoir la préférence. ^^ VIII. SUR LES TRENTE-DSOX SIGNES . CARACTÉRISTIQUES D’DN GRAND HOMME. f Ci-dessus, chap. ii, f. 29 b, p. 356.) Comme le sujet dont j’ai traité dans la présente note est assez varié, j’ai cru nécessaire, pour faciliter les recherches du lecteur, de diviser cette note en sections distinctes où se trouveront réunies les matières de même nature. J’examinerai donc, dans une première section , les trente-deux signes caractéristiques d’un grand homme ; dans une seconde , les quatre-vingts signes secondaires ; dans une troisième section, je donnerai un court résumé des deux sections précédentes ; et enfin dans une quatrième, j’examinerai ce, que nous apprennent les Buddîiistes sur l’empreinte du pied de Buddha, qu’on dit exister à Ceylan et dans d’autres contrées de i’înde transgangé tique. SECTION I«. CES TRENTE-DEDX SIGNES CARACTÉRISTIQUES. Il est fréquemment question chez les Buddhistes de ce qu’on nomme les trente-deux* Mahâpuracha lakckanâni, ou «signes caractéristiques d’un . grand homme ,» et les Bud- dhistes du Sud comme ceux du Nord les rappellent, à tout instant. Ce sont des caractères extérieurs et des particularités de conformation qui constituent la supériorité physique et la beauté d’un Buddha. Il y a déjà bien des années, et lorsque l’étude du Buddhisme com- mençait à peine, l’attention des orientalistes fut- attirée sur un de ces caractères, sur celui qu’offre la chevelure frisée des statues du Buddha , que l’on connaissait par les Singhalais, les Barmans, les Chinois et les Mongols. Privés, comme les érudits l’étaient alors, de la con- naissance des textes originaux, et n’ayant pas le moyen de vérifier le degré de confiance