Page:Buscailhon - Du charbon chez nos principaux animaux domestiques.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


table facteur morbifique dans d’autres agents qu’il n’est pas encore permis de donner comme vrais.

Examinons l’influence géologique que plusieurs auteurs ont admise comme cause productrice du charbon. Ce serait sur les terrains argilo-calcaires où tout simplement calcaires que la maladie se montrerait le plus souvent ; tandis qu’on ne la verrait jamais se produire sur les terrains siliceux et granitiques.

La Beauce, le Roussillon, le Nivernais, l’Aveyron, terrains de nouvelle formation, sont dévastés tous les ans par cette maladie. Les vieux terrains des Pyrénées et de l’Aveyron en sont préservés ; à quoi cela tient-il ? nul ne peut le dire ; mais on est porté à croire qu’il existe ici la même influence que dans les terrains marécageux.


Influence des eaux bourbeuses. Nous pouvons classer dans cette dénomination les marais ordinaires, les terrains, où les inondations laissent déposer une couche d’alluvion, et les marais non exploités. Tous ces endroits renferment dans leur intérieur, ou à leur surface, des végétaux et des microzoaires qui, à une certaine époque de l’année, surtout pendant les fortes chaleurs, entrent en putréfaction, et laissent échapper des gaz méphitiques, plus une matière organique d’origine inconnue. Ce serait cette dernière qui, d’après MM. Magne et Verheyen, renfermerait l’élément producteur de la maladie ; les vétérinaires du Midi sont aussi de cet avis. D’ailleurs, la meilleure preuve de cette opinion se trouve dans l’examen des contrées où règne annuellement la maladie : la Sologne, le Loiret, la Vendée, les Landes, l’Aude, le Gard, les Bouches-du-Rhône, sont dévastés par le charbon.

Puisque l’élément essentiel de la maladie nous est inconnu,